Poutine.JPG

"Poutine au satellite Eutrelsat", marionnette de Katja Demina, photographie André Lange

AG 10 11 2022a.jfif
AG 10 11 2022b.jfif
andré et poutine.jpg

10 November 2022 - Putin's shadow hangs over Eutelsat's General Meeting of Shareholders

This Thursday, November 10 was held at the Accor Tower, in Issy-les-Moulineaux, the General Meeting of Shareholders of Eutelsat Communications S.A.

 

The Denis Diderot Committee and its partners from the Coordination Stop Bloodcasting could not miss this opportunity to notify to the company's managers and shareholders their deep indignation at the company's continued collaboration with the Russian apparatus of war propaganda and incitement to genocide.


Gathering at the call of the Stop Bloodcasting Coalition


Despite the RATP strike, seven organizations were united under the “Stop Bloodcasting” banner and took the floor: André Lange, coordinator of the Denis Diderot Committee and of the Stop Bloodcasting Coordination! gave an update on the development of the action against the presence of Russian channels on the Eutelsat and SES satellites. Ksenia Ermoshina, researcher at the CNRS and activist of the Media Resistance Group, spoke about the study she conducted on the impact of television propaganda prior to the annexation of Crimea. Antoine Bernard, Director of Advocacy and Litigation at Reporters Without Borders indicated that the association was still awaiting the final response from Arcom following the referral requesting formal notice from Eutelsat to put an end to the broadcasting of three main Russian channels. The first response was without serious legal basis, he claimed. Jean-Pierre Pasternak, President of the Union of Ukrainians in France, recalled that Russia's aggression against Ukraine had already led to the death of 46 media professionals. André Klarsfeld, Association For Ukraine, Their Freedom and Ours, highlighted the fact that Russian channels were promoting the deportation and Russification of Ukrainian children, which constitutes a crime of genocide in which Eutelsat is complicit. Zalina Steve, for Russia-Freedoms, and Bernard Randé of the European Solidarity Network with Ukraine also spoke. Olga Bylund, post-doctoral researcher at CEA Sarclay, gave a personal account of her own process of detoxification from Putin's propaganda and the painful nature that such a process takes on in her relationships with those close to her. Svetlana Vydrina and her friends performed Pussy Riots' cheerful "Anti-Putin Prayer".

See the release explaining the rally

"La prière anti-Poutine" des Pussy Riots

A very smooth General Meeting

The General Meeting of Eutelsat Communications S.A. was conducted with remarkable professionalism under the chairmanship of Dominique d'Hinnin, Chairman of the Board of Directors. The Managing Director of Eutelsat S.A., Eva Berneke, for whom this was the first meeting since her arrival at the head of the company, gave an impeccable report on the company's situation with a charming little Danish accent. She has reason to be proud of her team's work: three satellites have just been launched in two months and the process of merging with the low-orbit satellite company Oneweb, while open to discussion, is certainly a project ambitious which should allow the company to evolve from the market of broadcasting television channels to that of connectivity. The main shareholder, the BPI (Public Investment Bank) is now represented by its Investment Director, the polytechnician Samuel Dalens. The arrival among the main shareholders of the CMA-CGM of the shipowner Jacques Saadé, reinforces the capital of the French pole. We should also note the arrival among the administrators of Fleur Pellerin, who was Minister of Culture and Communication under François Hollande, close to Emmanuel Valls and the Republican Spring and converted into finance by creating the fund of Korelya investment, which supports Korean investments in France.


Ms. Berneke was very proud to report revenue from operating activities slightly above the middle of the target range and a resilient financial performance with one of the highest profitability in the industry, with an EBIDTA margin of 74.8%. The announcement of the merger with Oneweb, at the end of July, caused a historic fall in the stock market (-25%), but it has largely recovered since. Financial analysts indicate an upward trend and comparisons with other companies show that Eutelsat has weathered the crisis resulting from the international context no worse than others. A dividend of 0.93 euros per share for 2021-22, unchanged from the previous year. The payment of the dividend will take place on December 16, with the possibility, for shareholders who so choose, of receiving this dividend in the form of newly issued shares at an issue price of 7.27 euros.


Readers interested in more details can refer to the reports published on the company's website.

The question of collaboration with Russia would have been avoided if…


The great professionalism of Eutelsat's managers is evident in their art of elusion. After 72 minutes of presentation, videos of satellite launches, graphs, tables, the word Russia had not been mentioned once.

 

It probably would not have been if the Diderot Committee had not put its two cents in, with a written question and an oral question. It was only at the end of the presentation of the various traditional points of the activity report and the accounts that Dominique d'Hinnin read the written question received from a shareholder, whose name was not mentioned. , but which is not very difficult to identify.

 

As Eutelsat saw fit to publish it, we reproduce it here in full:


Question on economic flows between Eutelsat Communications and its Russian suppliers and customers

 

The report of the statutory auditors on the consolidated financial statements for 2021-2022 reports worrying information on the economic flows between Eutelsat Communications S.A., its Russian suppliers and customers. The commissioners say (p.3) that they have "reviewed with management the reasons for the late payment of certain customers and the estimation of the prospects for recovering receivables in the context of the Ukrainian crisis, considering, among other things, factors such as security deposits, negotiated payment plans, payment history and ongoing business relationships between those customers and your group"


Further (p.10) it is written that "Eutelsat is exposed for 6.7% of its revenue for the 2021-22 financial year to Russian customers and has no significant exposure to Ukraine in terms of turnover. The Group also leases capacity on four satellites belonging to the Russian operator RSCC serving mainly the Russian customers mentioned above and representing a discounted debt of €319 million as of June 30, 2022. Although the Group has two subsidiaries in Russia, almost all transactions with Russian customers and suppliers are carried out by subsidiaries located outside Russian territory. The Group has no significant payment arrears with its Russian customers as of June 30, 2022."

 

Russian customers are not "mentioned above", but we know that they are pay-TV platforms Tricolor and NTV Plyius.


If we understand correctly, Eutelsat has a debt of 319 million Euros with respect to its Russian supplier (RSCC), and not receivables which would be owed by its customers. But this huge debt (4 or 5 years of turnover in Russia, 12% of assets) is not really explained. The fact that the auditors mention that they have examined "late payment of certain customers and the estimation of the prospects for recovering debts in the context of the Ukrainian crisis, considering, among others, factors such as security deposits, negotiated payment plans, payment history and ongoing business relationships between these customers and your group" suggests that collection issues exist on the side of Russian customers. However, it is stated that "The Group has no significant payment arrears with its Russian customers as of June 30, 2022." According to the Russian press, it appears that the Trikolor platform has been in financial difficulty for several years. The report mentions “Although the Group has two subsidiaries in Russia, almost all transactions with Russian customers and suppliers are carried out by subsidiaries located outside Russian territory”.


Could you provide us with more detailed information on: • Group subsidiaries involved in contracts with Russian suppliers and customers; • The jurisdiction(s) to which contracts with Russian suppliers and customers fall; • The origins of the debt; • The amounts due to RSCC and what they correspond to; • Payment agreements made with Tricolor and NYV Plyus. Are these honored? • What about other activities in Russia (contract with Gazprom for monitoring CO2 emissions, MOU with RTCCOMM for connectivity to ships announced in September 2021, other government services)?"


Eutelsat's ommercial positioning

Before answering the questions, Mr. D’Hinnin made a point of recalling the “commercial positioning of Eutelsat”:

 

“Eutelsat is a provider of global telecommunications infrastructure. In particular, it provides television broadcasting services to the channels and multiplexers that need them. In this context, Eutelsat always ensures that its counterparties have, in their country of origin, the regulatory authorizations to transmit, but Eutelsat cannot comment on the content of the broadcasts, in particular by virtue of the principle of the free circulation of 'information. Banning or suspending a channel comes under audiovisual regulation, a power that belongs to the States or, where appropriate, to the European Community. Very often, this power belongs to independent administrative authorities. A private company like Eutelsat cannot substitute its assessment for that of the regulators. This is what we call neutrality. In other words, Eutelsat is not at all in the situation of certain platforms which are considered as content publishers on the Internet whose activity was not regulated for years and therefore expected self-regulation. The audiovisual sector has been regulated for a very long time, in France since 1986.

 

Moreover, Eutelsat's relationship with Russia is old and dates back to the early 1990s and it corresponds to the entry of Russia, like that of the other countries of the former Eastern bloc of what was then the intergovernmental organization EUTELSAT. This relationship with Russia is also part of a broader landscape of particularly dense international cooperation with this country in the space field, in particular for launchers and for the international space station. This being the case, from the start of the invasion of Ukraine by Russia, Eutelsat obviously took care to apply without delay and to have its distributors apply all the sanctions decided by the European Union. We intend to continue to do what is necessary to comply with its obligations. »


On the written questions, Mr. d'Hinnin provided the following answers:

 

  1. Are Group subsidiaries involved in contracts with Russian suppliers and customers?

Answer: It seems useful to me to first recall that our revenues with Russia amount to just under 7% of our consolidated turnover. These revenues come mainly from the capacity marketed for the benefit of two pay-to-view packages of Russian channels, Tricolor and NTV+. As indicated in our appendices to the accounts, almost all transactions with Russian customers and suppliers are carried out by subsidiaries located either in Russia, where we have two subsidiaries, or outside Russian territory, in countries of the European Union. European.

   2. Jurisdiction(s) governing contracts with Russian suppliers and customers

Answer: It depends on the countries where the subsidiaries concerned are located.

    3.The origins of debt


Answer: We lease capacity on satellites that do not belong to us. According to IFRS 16, we account for this lease as if we owned the satellites concerned (fixed assets) and we recognize a debt as if we had contracted a loan. It is therefore not a bank debt.


     4. Amounts due to RSCC and what they correspond to

Answer: As mentioned just now, these are charges related to the rental of capacity that we lease on the RSCC satellites.

    5. Payment agreements made with Tricolor and NTV Plus. Are these honored?

Answer: As indicated in our appendices, the Group has no significant payment arrears with its Russian customers as of June 30, 2022.

  6. What about other activities in Russia (contract with Gazprom for monitoring CO2 emissions, MOU with RTCCOMM for connectivity to ships announced in September 2021, other government services)?


Answer: There is no longer any use of the capacity held by Eutelsat by Gazprom network surveillance vehicles since December 2021 or for any other mobility application. The MoU concluded with RTComm has not seen any concrete implementation since its signature. Furthermore, Eutelsat does not directly provide any connectivity service to the Russian government.

poutine assemblée.jfif

Jean Grenier and André Lange statements about the collaboration with Russia

After the presentation of the reports and this answer to the written question, the floor was given to the floor.


Jean Grenier, who was CEO of Eutelsat from 1990 to 1998, when the assets were not privatized, commented that he was the one who brought Russia in and " invented” the 36° E position to cover Russia and Africa. He confirmed “the principle of neutrality which has always been applied by Eutelsat. “Eutelsat has no control over the content of the channels it leases. That's no problem. I had, for the record, terrible problems with Turkey and the Kurds. So I know the subject perfectly."


On behalf of the Stop Bloodcasting Coordination and the Denis Diderot Committee, André Lange then took the floor and explained that if he had launched an action on Eutelsat's relations with Russia, it was because he believed that this collaboration is “abnormal, immoral, unacceptable. The two Russian clients Trikolor and NTV Plus, which are not "neutral" clients, are platforms linked to the Russian government: NTV Plus is part of the Gazprom Media Holding, Trikolor is 35% controlled by VTB, the second public bank in Russia. These companies have illegal activities since they market their services in the occupied territories of Ukraine, which, it can be assumed, is not part of the agreements. The services are marketed in the gray market in the Baltic States and it is not known that the two Eutelsat customers have intervened to interrupt this market.


“We have seen beautiful images of satellite launches, but look at the images broadcast on your satellites: it is not just propaganda, an alternative vision of the world proposed by the Russian authorities. These are calls for crime, calls for genocide, calls for the assassination of leaders, calls for the assassination of journalists, the promotion of the deportation of Ukrainian children and their "russification", images where interviews are presented forced prisoners of war, calls for the use of nuclear weapons against "forty Nazi states", etc.

 

Your neutrality argument is very formal. I have read your Code of Ethics which dates from the first half of 2014, which is not an innocent date. This principle is really very formal: you have 319 million debts, in relation to your Russian supplier, you have long-term agreements with players who are not neutral. I agree that it is up to the regulatory authorities, to the public authorities to make the decisions, but, with our friends from Reporters Without Borders, we submitted a detailed dossier to Arcom, two hundred and sixty-six pages, with citations, dated, its video extracts. The Arcom, after two months, has still not moved. The European Commission is starting to move. Mrs. Vera Jourova, Vice-President, questioned publicly… (Interruption of people in the audience: "The question…" Intervention of the President: This is not a forum here…) I am going to ask my question: What answer do you have to Mrs. Jourova who says that your collaboration with Russia is "shameful, unacceptable and that something must be done"? What are you going to do to help the public authorities, French and European, to put an end to this shameful collaboration? We are also supported by several European parliamentarians, Madame Loiseau, President of the Security and Defense Sub-Committee, Mr. Glucksmann, President of the Committee on Foreign Interference and other parliamentarians. We have read the exchanges of letters with Mr. Ansip. What are you going to do to get out of this situation which is harming the image of your company and which is harming the image of France? ". (Some applause in the room, among the small carriers).


Ms. Berneke responds by mentioning the policy of neutrality “very dear to Eutelsat” and recalls that Eutelsat operates in a regulated sector and that it respects all the sanctions imposed by Arcom. “We have very good relations with the regulator on these points. We believe that this policy of following the sanctions is the right one. We are not in the process of imposing elements on us. It is not Eutelsat's business to judge content. It is also the answer we give when we are asked the question, whether by parliamentarians or by journalists, and most of them completely understand."


Most of the following questions focused on the terms of the merger with OneWeb, including the fact that dividends will not be paid for the next three fiscal years.

Mrs Berneke mentioned the security problems that could arise in the context of the conflict with Russia. Destruction of geostationary satellites seems technically unlikely, but the risk of cyberattacks is more plausible, such as the cyberattack that occurred in March and targeted Ukrainian Viasat users. It ensures that all measures are taken to prevent them.

​​

Almost all of the proposed resolutions passed with Muscovite scores, varying between 95% and 99% approval. The resolution relating to the compensation of the former Chief Executive Officer, Rodolphe Bellmer obtained the low score of 66% approval. That relating to the remuneration of the Managing Director Eva Berneke obtained only 75.5%.


The Denis Diderot Committee is not convinced

What can we learn from this General Assembly from our point of view, that of criticizing Eutelsat's collaboration with its Russian partners?

The answer on “content neutrality” was predictable: it has been one of the company’s well-established language elements since March. The answer is relevant from a formal point of view, but it poorly conceals the structural agreements with the Russian partners, who, of course, are not neutral and who have, as has been pointed out, practices that are obviously illegal and contrary to agreements.

 

By reducing neutrality to a question of content, this rhetoric makes it possible to ignore the structuring, non-neutral character that any conception of a telecommunications network necessarily has. This is what the company's former CEO, Michel de Rosen, a notorious Russophile, implicitly acknowledged about Russia when he declared in 2015 (that is to say after the annexation of Crimea) :

“So we have close relations that have accompanied the transformation of the Russian television landscape. Beyond the current economic and political upheavals, we are confident that this country, ideal for its size for satellite services, will continue to generate growth for Eutelsat. It is true, however, that the deteriorated economic environment and the fall of the ruble against the euro put some of our customers under pressure, billed in euros, to which we could not remain indifferent. We have therefore revised some of our contracts in this area, but with a return to better fortune clause. ". (Les Echos, April 19, 2015).

 

The "transformation of the Russian audiovisual landscape" meant its tutelage by Putin's power and, in 2015, its illegal expansion into Crimea. Eutelsat's complicity with Putin's regime goes back a long way. It materializes in the privileged access to the two platforms close to the power by two platforms which use closed decoders, discouraging free-to-air channels which would like to use the same orbital positions. When the structural contracts were concluded in 2012, Russia was already no longer that of its date of entry into Eutelsat in 1995. The meaning of these long-term agreements remains to be clarified: what is the logic of the agreement of leasing with RSCC? Why doesn't RSCC directly lease its capabilities to Russian platforms? In practice, Eutelsat's lease debt is likely to return on the RSCC balance sheet to a write-in asset build-up. Why aren't both platforms bearing this debt?

Moreover, by deferring the task of content monitoring to the regulators, the company imposes a significant cost on the community: Arcom obviously does not have the possibility of monitoring the hundreds of channels not established in the European Union that Eutelsat broadcasts for the benefit of its shareholders. We are thinking of the 300 or so Russian channels broadcast, but also of the Iranian, Chinese or African channels which use the capacities of French satellites.

The fact that Mrs Berneke indicates that the relations with Arcom on Russian channels is enlightening: since we know that Arcom does nothing, or very little (the banning of the NTV Mir channel on July 27 was its only real initiative since February 24), we understand that for the Director-General, everything is bathed in good conscience and serenity: no need to worry about a passive authority, devoid of means of monitoring, and having to act on the basis of a law not devoid of ambiguities.

The invocation of the principle of free circulation of information by Mr. D'Hinnin to justify the fact that Eutelsat accepts channels which have authorization in their country is particularly shocking: on the one hand, it indicates that Eutelsat is content with licenses granted by dictatorships (whether it be Russia, China, Iran, or others) without worrying about verifying that these States themselves respect the principle of free movement, a principle clearly violated in March by the two Eutelsat customers who put an end to the distribution in Russia of several international news channels.

It can be noted that Russian customers honor their payments, that the service for Gazprom was interrupted in December and that the MOU with RTCOMM was not implemented, but the answers given by Mr. d'Hinnin to the written question are far from having the necessary precision: no details on the countries in which the contracts were concluded, no details on the amounts.

With all due respect to Jean Grenier, who was indeed one of the founding fathers of Eutelsat, his past activity is not enough to say that he knows the subject of neutrality perfectly. He was Chief Executive Officer from 1990 to 1998. The legal context has evolved since that time. The abolition of the obligation to contract with the CSA for non-European channels was abolished in 2006. The Directive on audiovisual media services revised the principles of jurisdiction in 2007 and was transposed into French law in 2009. The Code of Ethics dates from 2014. And the example of Turkey and Kurdish channels is the worst there is to praise the so-called neutrality of the Internet. These pressures begin at the beginning of the century with the Roj TV channel, established in Denmark, finally banned by the Danish Council, whose decision was validated by the European Court of Human Rights in 2018. The history of Roj TV is a real soap opera but in 2012 Reporters Without Borders accused Eutelsat of taking the place of justice. Other cases relating to Kurdish channels are not to the glory of Eutelsat and its so-called neutrality. The management of Eutelsat had indeed yielded to pressure from Turkey and Eutelsat was condemned in November 2016 for having unilaterally interrupted the broadcasting of the Mednuce TV and Newroz TV channels.

In addition to these cases of censorship of Kurdish channels by Eutelsat, other examples demonstrate that the company either has not always applied its principle of neutrality, or has not always been well advised in the acceptance of its customers. A book with all episodes could be written on the issue.

Outstanding questions

Other questions could have been asked, and it would be useful if they were asked by parliamentarians in the government:

  • Why does control of the Russian subsidiary of Eutelsat S.A. pass through a Cypriot subsidiary?

  • What is the amount of taxes paid to the Treasury of the Russian Federation by Eutelsat S.A. and its Russian subsidiary since the illegal annexation of Crimea and since February 24, 2022?

  • Of the 7,200 channels broadcast by Eutelsat, how many channels does Eutelsat broadcast that do not come under the jurisdiction of a State? Would Eutelsat be ready to agree to pay Arcom a fee to finance the monitoring of these foreign channels under its jurisdiction in application of law 43-4 of the law of September 30, 1986 on freedom of communication?

  • It appears that Russian channels, the state channels of the self-proclaimed Republics of Crimea, Donetsk and Luhansk (illegally annexed by the Russian Federation), as well as private channels under the control of the occupier in Kherson and Zaporizhia are broadcast by the satellite Ekspress AM 6 / Eutelsat 53A, satellite on which Eutelsat S.A. leases capacity and from which the Al-Manaar channel is also broadcast, prohibited from broadcasting on Eutelsat satellites by order of the Council of State of August 20, 2004. Are these channels broadcast on transponders operated by Eutelsat S.A. on this satellite and on customers who occupy capacity in France? The Denis Diderot Committee asked this question in writing on August 21 to Eutelsat's Communications Director (with a copy to the Director of Institutional and International Relations) and never received an answer.

  • On March 22, the order was announced from Airbus for the Eutelsat 36D satellite, intended to replace the Eutelsat 36 B satellite (the only one of the five satellites in Eutelsat's Russian fleet that the company owns) to provide television services and government services in Africa, Russia and Europe. Are contracts with Russia signed or in preparation for the occupation of this satellite? In the table presented to the General Assembly, the designated primary market for this announced satellite is “government services”. Does this mean that this satellite will not be used mainly for television broadcasting services, as had been announced.

  • In his first letter to Madame Berneke, Mr. Ansip worried about the security of the OneWeb constellation after the Russians seized 36 unlaunched satellites? In her response to a letter from Mr Ansip, Ms Berneke writes “This is first and foremost a question to OneWeb as our move to combine has not yet received all necessary regulatory approvals and is therefore not effective. I can only say that we have been reassured that this poses no security issue”. Can we be satisfied with this answer when the Defense Committee of the British Parliament has just published a report indicating that an in-depth investigation into this question was necessary? If the British themselves are worried about the security of their own company's satellite system, is it normal for the CEO of a French company to show such confidence?

  • What are the possible implications of the two Russian subsidiaries of Eutelsat S.A. in the mobilization decreed on September 21?

  • What would be the possibilities for Eutelsat S.A. to make satellite capacity available on the 36B satellite and the Eutelsat 53A satellite for the benefit of Russian opposition channels, Ukrainian channels and Russian-speaking channels from the European Union?

Conclusions

The action of the Stop Bloodcasting Coalition was courteous and so was the management's handling of André Lange's questions. The fact remains that the Denis Diderot Committee (and probably its Coalition partners) are not satisfied with the answers given. In particular, the question of the illegal distribution of the services of Tricolor and NTV Plus in the occupied territories has not been answered, which Eutelsat tolerates even though the content here is not to be evaluated but illegal practices of its clients put at the service of the occupation and annexation of the territories by Russia.

The Denis Diderot Committee and its partners therefore do not intend to put an end to their action.

French parliamentarians and the European Parliament have taken up the matter. The European Commission, too, has taken up the matter, entrusted to Commissioner Thierry Breton, who is also very critical of the merger between Eutelsat and OneWeb.


A next step at the meeting of the Advisory Committee of EUTELSAT IGO, the intergovernmental organization that oversees the activities of the commercial company on November 23, as part of the process of the next General Assembly to be held in May. Ukraine will participate in this meeting as an observer. The Denis Diderot Committee and its partners will submit a note for the attention of the Member States.

The responsibility of France, as the company's main shareholder, as a regulator and as depositary of the EUTELSAT IGO Convention, is posed just as much, and even more, than that of the company's managers. If Arcom does not change its current position, which consists of washing its hands of the case, Reporters Without Borders has the possibility of appealing to the Council of State. But an absence of a decision from Arcom would also indicate a major gap in the law (the impossibility for the regulatory authority to prevent the national satellite operator from broadcasting criminal channels to non-European countries). It would therefore be the legislator who would be guilty of passivity.

As Reporters Without Borders indicated in its press release of July 13, France has the possibility of convening an extraordinary assembly of the EUTELSAT IGO to exclude Russia from it and to take the necessary measures to prohibit the commercial company from continuing its collaboration. with criminal chains. France would also have the possibility of proposing specific sanctions at the next European Council.

In short, the possibilities for institutional action remain numerous and the mobilization of NGOs continues to make sense. But the provessus would have to accelerate. The war has been going on for almost nine months and, contrary to what one of Eutelsat's shareholders said during the meeting, propaganda kills, it kills every day. And the "Radio Mille Collines" case law of the International Tribunal on Rwanda is there to remind us that those who are the actors can be condemned for incitement to genocide, or for complicity in genocide.

First publication 13.11.2022
Revision 16.11.2022

10 Novembre 2022 - L’ombre de Poutine a plané sur l’Assemblée générale des actionnaires d’Eutelsat

 

Ce jeudi 10 novembre se tenait à la Tour Accor, à Issy-les-Moulineaux, l’Assemblée générale des actionnaires d’Eutelsat Communications S.A.

 

Le Comité Denis Diderot et ses partenaires de la Coordination Stop Bloodcasting ne pouvaient pas laisser passer cette occasion de notifier aux dirigeants et actionnaires de l’entreprise leur profonde indignation face à la continuation de la collaboration de l’entreprise avec l’appareil russe de propagande de guerre et d’incitation au génocide.

Rassemblement à l’appel de la Coordination Stop Bloodcasting

Malgré la grève de la RATP, sept organisations étaient réunies sous la banderole « Stop Bloodcasting » et ont pris la parole :  André Lange, coordinateur du Comité Denis Diderot et de la Coordination Stop Bloodcasting! a fait le point sur le développement de l’action contre la présence des chaînes russes sur les satellites Eutelsat et SES. Ksenia Ermoshina, chercheuse au CNRS et militante du Media Resistance Group, a évoqué l’étude qu’elle a menée sur l’impact de la propagande télévisée préalable à l’annexion de la Crimée.  Antoine Bernard, Directeur du plaidoyer et du contentieux à Reporters sans frontières a indiqué que l’association était toujours en attente de la réponse définitive de l’Arcom suite à la saisine demandant la mise en demeure d’Eutelsat pour mettre fin à la diffusion des trois principales chaînes russes. La première réponse était sans fondement juridique sérieux, a-t-il affirmé. Jean-Pierre Pasternak, Président de l’Union des Ukrainiens de France, a rappelé que l’agression de la Russie contre l’Ukraine avait déjà conduit à la mort de 46 professionnels des médias. André Klarsfeld, Association Pour l’Ukraine, leur liberté et la nôtre a souligné le fait que les chaînes russes faisaient l’apologie de la déportation et de la russification des enfants ukrainiens, ce qui constitue un crime de génocide dont Eutelsat se rend complice. Sont également intervenus  Zalina Dzhappueva, pour Russie-Libertés, et Bernard Randé du  Réseau Européen de Solidarité avec l'Ukraine. Olga Bylund, Chercheuse post-doctorante au CEA Sarclay a apporté un  témoignage personnel sur son propre processus de désintoxication de la propagande poutinienne et le caractère douloureux qu’un tel processus prend dans ses relations avec ses proches. Svetlana Vydrina et ses amies ont interprété la joyeuse « Prière anti-Poutine » des Pussy Riots.  

Voir le communiqué expliquant le rassemblement

Une Assemblée générale très lisse

L’assemblée générale d’Eutelsat Communications S.A.  a été menée avec un professionnalisme remarquable sous la présidence de Dominique d’Hinnin, Président du Conseil du Conseil d’administration. La Directrice générale d’Eutelsat S.A., Eva Berneke, dont c’était la première assemblée depuis son arrivée à la tête de l’entreprise a fait, avec un charmant petit accent danois, un rapport impeccable sur la situation de l’entreprise. Elle a légitimement de quoi être fière du travail de son équipe : trois satellites viennent d’être lancés en deux mois et le processus de fusion avec l’entreprise de satellites en orbite basse Oneweb, s’il prête à discussion, constitue assurément un projet ambitieux qui devrait permettre à l’entreprise d’évoluer du marché de la diffusion de chaînes de télévision à celui de la connectivité. L’actionnaire principal, la BPI (Banque publique d’investissement) est à présent représentée par son Directeur d’investissements le polytechnicien Samuel Dalens. L’arrivée parmi les actionnaires principaux de la CMA-CGM de l’armateur Jacques Saadé, vient renforcer au capital le pôle français. On notera également l’arrivée parmi les administrateurs de Fleur Pellerin, qui fut Ministre de la Culture et de la Communication de François Hollande, proche d’Emmanuel Valls et du Printemps républicain et s’est reconvertie dans la finance en créant le fonds d’investissement Korelya, qui accompagne les investissements coréens en France.

Madame Berneke était très fière d’annoncer un chiffre d’affaires des activités opérationnelles légèrement au-dessus du milieu de la fourchette d’objectifs et une performance financière résiliente avec une rentabilité parmi les plus élevées du secteur, avec une marge d’EBIDTA de 74,8 %. L’annonce de la fusion avec Oneweb, fin juillet, a provoqué une chute historique du titre en bourse (-25 %), mais celui-ci s’est largement redressé depuis. Les analystes financiers indiquent une tendance haussière et les comparatifs avec les autres entreprises montrent qu’Eutelsat n’a pas traversé plus mal que d’autres la crise résultant du contexte international. Un dividende de 0,93 euro par action au titre de 2021-22, sans changement par rapport à l'exercice précédent. Le paiement du dividende aura lieu le 16 décembre, avec la possibilité, pour les actionnaires qui en feront le choix, de recevoir ce dividende sous la forme d'actions nouvellement émises au prix d'émission de 7,27 euros.

Les lecteurs intéressés par plus de détails pourront se reporter aux rapports publiés sur le site de l’entreprise. 

La question de la collaboration avec la Russie aurait été éludée si…

Le grand professionnalisme des dirigeants d’Eutelsat se manifeste dans leur art de l’élusion. Après 72 minutes de présentation, vidéos de lancements de satellites, de graphiques, de tableaux, le mot Russie n’avait pas été prononcé une seule fois.

 

Il ne l’aurait probablement pas été si le Comité Diderot n’avait mis son grain de sel, par une question écrite et une question orale.  Ce n’est qu’au terme de la présentation des différents points traditionnels du rapport d’activités et des comptes que Dominique d’Hinnin a donné lecture de la question écrite reçue d’un actionnaire, dont le nom n’a pas été cité, mais qui n’est pas bien difficile à identifier.

 

Comme Eutelsat a jugé bon de la publier, nous la reproduisons ici in extenso :

 

Question sur les flux économiques entre Eutelsat Communications et ses fournisseurs et clients russes

 

"Le rapport des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés de 2021-2022 fait état d’informations inquiétantes sur les flux économiques entre Eutelsat Communications S.A., ses fournisseurs et clients russes. Les commissaires disent (p.3) qu’ils ont "examiné avec la direction les raisons du retard de paiement de certains clients et l’estimation des perspectives de recouvrement des créances dans le contexte de la crise ukrainienne, en considérant, entre autres, les facteurs tels que les dépôts de garantie, les plans de paiement négociés, l’historique de paiement et les relations commerciales en cours entre ces clients et votre groupe"

Plus loin (p.10) il est écrit que « Eutelsat est exposé à hauteur de 6,7% de son chiffre d'affaires de l'exercice 2021-22 à des clients russes et n'a pas d'exposition significative à l'Ukraine en termes de chiffre d’affaires. Le Groupe loue également de la capacité sur quatre satellites appartenant à l'opérateur russe RSCC desservant principalement les clients russes mentionnés ci-dessus et représentant une dette actualisée de 319 millions d’euros au 30 juin 2022. Bien que le Groupe possède deux filiales en Russie, la quasi-totalité des opérations avec les clients et fournisseurs russes sont portées par des filiales situées en dehors du territoire russe. Le Groupe ne présente pas d’arriérés de paiement significatifs avec ses clients russes au 30 juin 2022."

 

Les clients russes ne sont pas « mentionnés ci-dessus », mais nous savons qu’il s’agit des plates formes de télévision à péage Tricolor et NTV Plyius.

Si nous comprenons bien, Eutelsat a une dette de 319 millions d'Euros vis à vis de son fournisseur russe (RSCC), et non une créance qui serait due par ses clients. Mais cette dette énorme (4 ou 5 ans du chiffre d'affaires réalisé en Russie, 12 % des actifs) n'est pas réellement expliquée. Le fait que les commissaires mentionnent qu’ils ont examiné "retard de paiement de certains clients et l’estimation des perspectives de recouvrement des créances dans le contexte de la crise ukrainienne, en considérant, entre autres, les facteurs tels que les dépôts de garantie, les plans de paiement négociés, l’historique de paiement et les relations commerciales en cours entre ces clients et votre groupe" laisse entendre que des problèmes de recouvrement existent du côté des clients russes. Pourtant il est affirmé que "Le Groupe ne présente pas d’arriérés de paiement significatifs avec ses clients russes au 30 juin 2022." D’après la presse russe, il apparaît que la plate-forme Trikolor est en difficulté financière depuis plusieurs années. Le rapport mentionne « Bien que le Groupe possède deux filiales en Russie, la quasi-totalité des opérations avec les clients et fournisseurs russes sont portées par des filiales situées en dehors du territoire russe ».

Pourriez-vous nous fournir des informations plus détaillées sur : • Les filiales du groupe impliquées dans les contrats avec les fournisseurs et clients russes ; • La ou les juridiction(s) dont relèvent les contrats avec les fournisseurs et clients russes ; • Les origines de la dette ; • Les montants dus à RSCC et à quoi ils correspondent ; • Les accords de paiements passés avec Tricolor et NYV Plyus. Ceux-ci sont-ils honorés ? • Qu’en est-il des autres activités en Russie (contrat avec Gazprom pour la surveillance des émissions de CO2, MOU avec RTCCOMM pour la connectivité vers les navires annoncé en septembre 2021, autres services au gouvernement) ?"

Le positionnement  commercial d’Eutelsat

Avant de répondre aux questions, M. D’Hinnin a tenu à rappeler le « positionnement commercial d’Eutelsat » :

 

« Eutelsat est un fournisseur d’infrastructures de télécommunications mondiales. Il fournit notamment des services de télédiffusion aux chaînes et aux multiplexeurs qui en ont besoin. Dans ce cadre, Eutelsat s’assure toujours que ses contreparties disposent, dans leur pays d’origine, des autorisations réglementaires pour émettre mais Eutelsat ne peut pas se prononcer sur le contenu des émissions diffusées, notamment en vertu du principe de libre circulation de l’information. Interdire ou suspendre une chaîne relève de la régulation audiovisuelle, pouvoir qui appartient aux Etats ou, le cas échéant, à la Communauté européenne. Très souvent, ce pouvoir appartient à des autorités administratives indépendantes. Une entreprise privée comme Eutelsat ne peut pas substituer son appréciation à celle des régulateurs. C’est cela que nous appelons la neutralité. Autrement dit, Eutelsat n’est pas du tout dans la situation de certaines plates-formes qui sont considérées comme des éditeurs de contenus sur Internet dont l’activité n’était pas réglementée pendant des années et dont attendait donc de l’autorégulation. L’audiovisuel est un domaine réglementé depuis fort longtemps, en France depuis 1986.

 

Par ailleurs la relation d’Eutelsat avec la Russie est ancienne et remonte au début des années 90 et elle correspond à l’entrée de la Russie, comme celle des autres pays de l’ancien bloc de l’Est de ce qui était alors l’Organisation intergouvernementale EUTELSAT. Cette relation avec la Russie s’inscrit aussi dans un paysage plus large de coopération internationale particulièrement dense avec ce pays dans le domaine spatial, en particulier pour les lanceurs et pour la station spatiale internationale. Ceci étant, dès le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Eutelsat a évidemment veillé à appliquer sans délai et à faire appliquer par ses distributeurs toutes les sanctions décidées par l’Union européenne. Nous entendons continuer de faire le nécessaire pour nous conformer à ses obligations. »

Sur les questions écrites, Monsieur d’Hinnin a fourni les réponses suivantes :  

  1. Les filiales du groupe impliquées dans les contrats avec les fournisseurs et clients russes ?

 

Réponse : Il me semble utile de d’abord rappeler que nos revenus avec la Russie s’élèvent à un peu moins de 7% de notre chiffre d’affaires consolidé. Ces revenus proviennent principalement de la capacité commercialisée au profit de deux bouquets payants de chaînes russes, Tricolor et NTV+. Comme indiqué dans nos annexes aux comptes, la quasi-totalité des opérations avec les clients et fournisseurs russes sont portées par des filiales situées soit en Russie, où nous avons deux filiales, soit en dehors du territoire russe, dans des pays de l’Union européenne.

 

    2. La ou les juridiction(s) dont relèvent les contrats avec les fournisseurs et clients russes

Réponse : Cela dépend des pays où sont implantées les filiales concernées.

 

      3. Les origines de la dette

Réponse : Nous louons de la capacité sur des satellites qui ne nous appartiennent pas. D’après la norme IFRS 16 nous comptabilisons cette location comme si nous étions propriétaires des satellites concernés (immobilisations) et nous reconnaissons une dette comme si nous avions contracté un prêt. Il ne s’agit donc pas de dette bancaire.

 

       4. Les montants dus à RSCC et à quoi ils correspondent

 

Réponse : Comme indiqué à l’instant, il s’agit de charges liées à la location de capacité que nous louons sur les satellites de RSCC.

 

     5. Les accords de paiements passés avec Tricolor et NTV Plus. Ceux-ci sont-ils honorés ?

 

Réponse : Comme indiqué dans nos annexes, le Groupe ne présente pas d’arriérés de paiement significatifs avec ses clients russes au 30 juin 2022.

 

       6. Qu’en est-il des autres activités en Russie (contrat avec Gazprom pour la surveillance des émissions de CO2, MOU avec RTCCOMM pour la connectivité vers les navires annoncé en septembre 2021, autres services au gouvernement) ?

Réponse : Il n’y a plus d’usage de la capacité détenue par Eutelsat par les véhicules de surveillance des réseaux de Gazprom depuis décembre 2021 ou pour toute autre application de mobilité. Le MoU conclu avec RTComm n’a connu aucune mise en œuvre concrète depuis sa signature. Par ailleurs, Eutelsat ne fournit directement aucun service de connectivité au gouvernement russe

 

Jean Grenier et André Lange évoquent la collaboration avec la Russie


Après la présentation des rapports et de cette réponse à la question écrite, la parole a été donnée à la salle.

Jean Grenier, qui fut directeur général d’Eutelsat, de 1990 à 1998, à l’époque où les actifs n’avaient pas été privatisés, a fait un commentaire, indiquant que c’était lui qui avait fait entrer la Russie et avait « inventé » la position 36° E pour couvrir la Russie et l’Afrique. Il a confirmé  le principe de neutralité qui a toujours été appliqué par Eutelsat. « Eutelsat n’a aucun contrôle sur le contenu des canaux qu’elle loue. Ce n’est pas problème. J’ai eu, pour mémoire, des problèmes terribles avec la Turquie et les Kurdes. Donc je connais le sujet parfaitement».

Au nom de la Coordination Stop Bloodcasting et du Comité Denis Diderot, André Lange a alors pris la parole et a expliqué que s’il avait lancé une action sur les relations d’Eutelsat avec la Russie, c’est parce qu’il estime que cette collaboration est « "anormale, immorale, inacceptable". Les deux clients russes Trikolor et NTV Plus qui ne sont pas des clients « neutres », eux plates-formes liées au pouvoir russe : NTV Plus fait partie du Gazprom Media Holding, Trikolor est contrôlée à 35 % par la VTB, deuxième banque publique en Russie. Ces entreprises ont des activités illégales puisqu’elles commercialisent leurs services dans les territoires occupés d’Ukraine, ce qui, on peut le supposer, ne fait pas partie des accords. Les services sont commercialisés en marché gris dans les Etats baltes et on pas connaissance que les deux clients d’Eutelsat soient intervenus pour interrompre ce marché.

« On a vu de belles images sur les lancements de satellites, mais regardez les images diffusées sur vos satellites : ce n’est pas seulement de la propagande, une vision alternative du monde proposée par le pouvoir russe. Ce sont des appels au crime, des appels au génocide, des appels à l’assassinat des dirigeants, des appels à l’assassinat des journalistes, la valorisation de la déportation des enfants ukrainiens et de leur "russification", des images où on présente des interviews forcées de prisonniers de guerre, des appels au recours à l’arme nucléaire contre « quarante Etats nazis », etc.

 

Votre argument de neutralité, il est très formel. J’ai bien lu votre Charte éthique qui date du premier semestre 2014, qui n’est pas une date innocente. Ce principe est vraiment très formel : vous avez 319 millions de dettes, par rapport à votre fournisseur russe, vous avez des accords à long terme avec des acteurs qui ne sont pas neutres. Je veux bien que c’est aux autorités de régulation, aux pouvoirs publics de prendre les décisions, mais, avec nos amis de Reporters sans frontières, nous avons déposé un dossier détaillée à l’Arcom, deux-cent soixante six pages, avec citations, datées, ses extraits vidéos. L’Arcom, après deux mois, n’a toujours pas bougé. La Commission européenne commence à bouger. Madame Vera Jourova, Vice-Présidente, interrogée publiquement… (Interruption de personnes dans le public : "La question…" Intervention du Président : "Ce n’est pas une tribune ici…") Je vais poser ma question : Que répondez-vous à Madame Jourova qui dit que votre collaboration avec la Russie est « honteuse, inacceptable et qu’il faut faire quelque chose » ? Qu’aller vous faire pour aider les pouvoirs publics, français et européens, pour mettre fin à cette collaboration honteuse ? Nous sommes aussi soutenus par plusieurs parlementaires européens, Madame Loiseau, Présidente de la Sous-Commission Sécurité et Défense, Monsieur Glucksmann, Président de la Commission sur les ingérences étrangères et d’autres parlementaires. Nous avons lu les échanges de lettres avec M. Ansip. Qu’allez-vous faire pour sortir de cette situation qui nuit à l’image de votre entreprise et qui nuit à l’image de la France ? ». (Quelques applaudissements dans la salle, parmi les petits porteurs).

Madame Berneke répond en mentionnant la politique de neutralité « bien chère à Eutelsat » et rappelle qu’Eutelsat agit dans un secteur réglementé et qu’elle respecte toutes les sanctions imposées par l’Arcom. « On a de très bonnes relations avec le régulateur sur ces points-là. Nous pensons que cette politique de suivre les sanctions est la bonne. On n’est pas en train de nous imposer des éléments. Ce n’est pas l’affaire d’Eutelsat de juger les contenus. C’est aussi la réponse que l’on donner lorsqu’on nous pose la question, que ce soit par des parlementaires ou par des journalistes, et la plupart d’entre eux comprend tout à fait ».

La plupart des questions suivantes ont porté sur les conditions de la fusion avec OneWeb, impliquant notamment le fait que les dividendes ne seront pas versés pendant les trois prochaines années fiscales.

Madame Berneke a évoqué les problèmes de sécurité qui pouvaient se poser dans le cadre du conflit avec la Russie. Des destructions de satellites géostationnaires paraissent techniquement peu possibles, mais le risque de cyberattaques sont plus plausibles, comme la cyberattaque survenue en mars et visant les utilisateurs ukrainiens de Viasat. Elle assure que toutes les mesures sont prises pour les prévenir.

Presque toutes les résolutions proposées ont été adoptées avec des scores moscovites, variant entre 95 % et 99 % d’approbation. La résolution relative aux rémunérations de l’ancien Directeur général, Rodolphe Bellmer a obtenu le faible score de 66 % d’approbations. Celle relative aux rémunérations de la Directrice générale Eva Berneke n'a obtenu que 75,5 % . 

Le Comité Denis Diderot n’est pas convaincu

Que pouvons-nous retenir de cette Assemblée générale du point de vue qui est le nôtre, celui de la critique de la collaboration d’Eutelsat avec ses partenaires russes ?

La réponse sur la « neutralité vis-à-vis des contenus » était prévisible : elle fait partie des éléments de langage bien rôdés de l’entreprise depuis le mois de mars. La réponse est pertinente du point de vue formelle, mais elle masque mal les accords structurels avec les partenaires russes, qui, bien entendu ne sont pas neutres et qui ont, comme cela a été souligné, des pratiques de toute évidence, illégales et contraires aux accords.

 

En réduisant la neutralité à une question de contenus, cette rhétorique permet de faire l’impasse sur le caractère structurant, non neutre, qu’a nécessairement toute conception d’un réseau de télécommunications. C’est bien ce que reconnaissait implicitement à propos de la Russie l’ancien PDG de l’entreprise, Michel de Rosen, russophile notoire, lorsqu’il déclarait en 2015 (c’est-à-dire après l’annexion de la Crimée= :

« Nous avons donc des relations étroites qui ont accompagné la transformation du paysage télévisuel russe. Au-delà des soubresauts économiques et politiques actuels, nous sommes confiants que ce pays, idéal par son étendue pour les services satellitaires, continuera à générer de la croissance pour Eutelsat. Il est vrai, cependant, que l’environnement économique dégradé et la baisse du rouble face à l’euro ont mis sous pression certains de nos clients, facturés en euros, ce à quoi nous ne pouvions rester indifférents. Nous avons donc révisé certains de nos contrats dans cette zone mais avec une clause de retour à meilleure fortune. ». (Les Echos, 19 avril 2015).

 

La « transformation du paysage audiovisuel russe » signifiait sa mise sous tutelle par le pouvoir de Poutine et, en 2015, son élargissement illégal vers la Crimée. La complicité d’Eutelsat avec le régime de Poutine est ancienne.  Elle se matérialise dans l'accès privilégié aux deux plates-formes proches du pouvoir  par deux plates-formes qui utilisent des décodeurs fermés, décourageant des chaînes en clair qui voudraient utiliser les mêmes positions orbitales. Lorsque les contrats structurels ont été conclus en 2012, la Russie n’était déjà  plus celle de sa date d’entrée dans Eutelsat en 1995. Le sens de ces accords à long terme reste à éclaircir : quelle est la logique de l'accord de leasing avec RSCC ? Pourquoi RSCC ne loue-t-elle pas directement ses capacités aux plates-formes russes ? Dans la pratique, la dette de location d'Eutelsat revient probablement dans le bilan de RSCC a une constitution d'actifs en écriture. Pourquoi ne sont-ce pas les deux plates-formes qui supportent cette dette ? 

Par ailleurs, en reportant sur les régulateurs la tâche du monitoring des contenus, l’entreprise fait porter à la collectivité un coût important : l’Arcom n’a évidemment pas la possibilité de faire le monitoring des centaines de chaînes non établies dans l’Union européenne qu’Eutelsat diffuse au bénéfice de ses actionnaires. Nous pensons aux quelques 300 chaînes russes diffusées, mais aussi aux chaînes iraniennes, chinoises ou africaines qui recourent aux capacités des satellites français. 

Le fait que Madame Berneke indique que les relations avec l’Arcom sur les chaînes russes est éclairante : puisque nous savons que l’Arcom ne fait rien, ou bien peu (l’interdiction de la chaîne NTV Mir le 27 juillet a été sa seule initiative réelle depuis le 24 février), on comprend que pour la Directrice générale, tout baigne dans la bonne conscience et la sérénité : pas besoin de s’inquiéter d’une autorité passive, dépourvue de moyens de monitoring, et devant agir sur base d’une loi non dépourvue d’ambigüités. 

L’invocation du principe de libre circulation de l’information par M. D’Hinnin pour justifier le fait qu’Eutelsat accepte des chaînes qui dispose d’une autorisation dans leur pays est particulièrement choquante : d’une part, elle indique qu’Eutelsat se contente de licences octroyées par les dictatures (qu’il s’agisse de la Russie, de la Chine, de l’Iran, d’autres encore) sans se soucier de vérifier que ces Etats respectent eux-mêmes le principe de la libre circulation, principe clairement violé en mars par les deux clients d’Eutelsat qui ont mis fin à la distribution en Russie de plusieurs chaînes internationales d’information.

On peut prendre acte de ce que les clients russes honorent leurs paiements, que le service pour Gazprom ait été interrompu en décembre et que le MOU avec RTCOMM n’ait pas été mis en œuvre, mais les réponses apportées par M. d’Hinnin à la question écrite sont loin d’avoir la précision nécessaire : pas de précisions sur les pays dans lesquels les contrats ont été passés, pas de précisions sur les montants.

Avec tout le respect que l’on doit à Jean Grenier, qui fut effectivement un des pères fondateurs d’Eutelsat, son activité passée suffit pas pour dire qu’il connaît parfaitement le sujet de la neutralité. Il a été Directeur général de 1990 à 1998. Le contexte juridique a évolué depuis cette époque. La suppression de l’obligation de conventionnement avec le CSA des chaînes non-européenne a été supprimée en 2006. La Directive sur les services de médias audiovisuels a revu les principes de juridiction en 2007 et a été transposée dans la loi française en 2009. La Charte éthique date de 2014. Et l’exemple de la Turquie et des chaînes kurdes est le pire qui soit pour faire la louange de la soi-disant neutralité d’Internet. Ces pressions commencent au début siècle avec la chaîne Roj TV, établie au Danemark, finalement interdite par le Conseil danois, dont la décision a été validée par la Cour européenne des droits de l’homme en 2018.  L’histoire de Roj TV est un véritable feuilleton mais en 2012 Reporters sans frontières avait accusé Eutelsat de se substituer à la justice. D’autres affaires relatives aux chaînes kurdes  ne sont pas à la gloire d’Eutelsat et de sa soi-disant neutralité. La direction d’Eutelsat avait en effet cédé aux pressions de la Turquie et Eutelsat a été condamnée en novembre 2016 pour avoir interrompu de manière unilatérale la diffusion des chaînes Mednuce TV et Newroz TV.

Outre ces cas de censure de chaînes kurdes par Eutelsat d’autres exemples démontrent que l’entreprise soit n’a pas toujours appliqué son principe de neutralité, soit n’a pas toujours été bien avisée dans l’acceptation de ses clients. Un livre pourrait être écrit avec tous les épisodes.

 

Les questions en suspens

D’autres questions auraient pu être posées, et il serait utiles qu’elles le soient par des parlementaires au gouvernement :

  • Pourquoi le contrôle de la filiale russe d’Eutelsat S.A. transite-t-il par une filiale cypriote ?

  • Quel est le montant des taxes versées au trésor de la Fédération de Russie par Eutelsat S.A. et sa filiale russe depuis l’annexion illégale de la Crimée et depuis le 24 février 2022 ?

  • Sur les 7200 chaînes diffusées par Eutelsat, quel est le nombre de chaînes diffusées par Eutelsat qui ne relèvent pas de la compétence d’un Etat ? Eutelsat serait-elle prête à accepter de verser à l’Arcom une redevance permettant de financer le monitoring de ces chaînes étrangères relevant de sa juridiction en application de la loi 43-4 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication ?

  • Il apparaît que des chaînes russes, les chaînes d’Etat des Républiques autoproclamées de Crimée, Donetsk et Louhansk (annexées illégalement par la Fédération de Russie), ainsi que des chaînes privées sous contrôle de l’occupant à Kherson et Zaporijia sont diffusées par le satellite Ekspress AM 6 / Eutelsat 53A, satellite sur lequel Eutelsat S.A. loue des capacités et à partir duquel est également diffusée la chaîne Al-Manaar, interdite de diffusion sur les satellites Eutelsat par l’ordonnance du Conseil d’Etat du 20 août 2004. Ces chaînes sont-elles diffusées sur transpondeurs opérés par Eutelsat S.A. sur ce satellite et sur les clients qui occupent les capacités relevant de la France ? Le Comité Denis Diderot a posé cette question par écrit le 21 août à la Directrice de la Communication d’Eutelsat (avec copie au Directeur des relations institutionnelles et internationales) et n’a jamais reçu de réponse.

  • Le 22 mars dernier a été annoncée la commande à Airbus  du satellite Eutelsat 36D, destiné à remplacer le satellite Eutelsat 36 B (le seul des cinq satellites de la flotte russe d’Eutelsat que la société détient en propres) pour fournir des services de télévision et des services aux gouvernements en Afrique, Russie et en Europe. Des contrats avec la Russie sont-ils signés ou en préparation pour l’occupation de ce satellite ? Dans le tableau présenté à l’Assemblée générale, le marché principal désigné pour ce satellite annoncé est « services aux gouvernements ». Est-ce à dire que ce satellite ne sera pas utilisé majoritairement pour les services de télédiffusion, comme cela l’avait été annoncé.

  • Dans sa première lettre à Madame Berneke, M. Ansip s’inquiétai de la sécurité de la constellation OneWeb après la saisie par les Russes de 36 satellites non lancés ? Dans sa réponse à une lettre de M. Ansip, Madame Berneke écrit «This is first and foremost a question to OneWeb as our move to combine has not yet received all necessary regulatory approvals and is therefore not effective. I can only say that we have been reassured that this pose no security issue”.  Peut-on se contenter de cette réponse alors que le Defence Committee du Parlement britannique vient de publier un rapport indiquant qu’une investigation poussée sur cette question était nécessaire ? Si les Britanniques eux-mêmes sont inquiets quant à la sécurité du système satellitaire de leur propre entreprise, est-il normal que la Directrice générale d’une entreprise française fasse preuve d’une telle confiance ?

  • Quelles sont les éventuelles implications des deux filiales russes d’Eutelsat S.A. dans la mobilisation décrétée le 21 septembre dernier ?

  • Quelles seraient les possibilités pour Eutelsat S.A. de mettre à disposition des capacités satellitaires sur le satellite 36B et le satellite Eutelsat 53A au bénéfice de chaînes d’opposition russe, de chaînes ukrainiennes et de chaînes russophones émanant de l’Union européenne ?

Conclusions

L'action de la Coordination Stop Bloodcasting a été courtoise et de même le traitement des questions d'André Lange par la direction. Il n'en reste pas moins que le Comité Denis Diderot (et probablement ses partnaires de la Coordination) ne sont pas satisfaits par les réponses données. En particulier, il n'a pas été répondu à la question de la distribution illégale des services de Tricolor et de NTV Plus dans les territoires occupés, qu'Eutelsat tolère alors qu'il ne s'agit pas ici de contenus à évaluer mais de pratiques illégales de ses clients mises au service de l'occupation et de l'annexion des territoires par la Russie. 

Le Comité Denis Diderot et ses partenaires n'entendent donc pas mettre fin à leur action. 

Des parlementaires français et le Parlement européen s'est saisi du dossier. La Commission européenne, elle aussi, s'est saisie du dossier, confié au Commissaire Thierry Breton, par ailleurs très critique vis-à-vis de la fusion entre Eutelsat et OneWeb. 


Une prochaine étape à la réunion du Comité consultatif de l'EUTELSAT IGO, l'Organisation intergouvernementale qui encadre les activités de la société commerciale le 23 novembre, dans le cadre du processus de la prochaine Assemblée générale qui doit avoir lieu en mai. L'Ukraine participera à cette réunion en tant qu'observateur. Le Comité Denis Diderot et ses partenaires déposeront une note à l'attention des Etats membres.

La responsabilité de la France, en tant que principal actionnaire de l'entreprise, en tant que régulateur et en tant que dépositaire de la Convention EUTELSAT IGO est posée tout autant, et même plus, que celle des dirigeants de l'entreprise. Si l'Arcom ne modifie pas son position actuelle, qui consiste à se laver les mains du dossier, Reporters  sans frontières a la possibilité d'un recours devant le Conseil d'Etat. Mais une absence de décision de l'Arcom indiquerait également une lacune importante de la loi (l'impossibilité pour l'autorité de régulation d'empêcher l'opérateur national de satellite de diffuser des chaînes criminelles vers les pays non européens). Ce serait dès lors le législateur qui serait coupable de passivité.

Comme Reporters sans frontières l'avait indiqué dans son communiqué du 13 juillet, la France a la possibilité de convoquer une assemblée extraordinaire de l'EUTELSAT IGO pour en exclure la Russie et prendre les mesures nécessaires pour interdire à la société commerciale de continuer sa collaboration avec les chaînes criminelles. La France aurait aussi la possibilité de proposer des sanctions spécifiques lors du prochain Conseil européen.

Bref, les possibilités d'actions institutionnelles restent multiples et la mobilisation des ONG continuent à faire sens. Mais il faudrait que les processus d'accélèrent. La guerre dure depuis pratiquement neuf mois et, contrairement à ce qu'a affimé durant l'assemblée un des actionnaires d'Eutelsat, la propagande tue, elle tue tous les jours. Et la jurisprudence "Radio Mille Collines" du Tribunal international sur le Rwanda est là pour rappeler que ceux qui en sont les acteurs peuvent être condamnés pour incitation au génocide, ou pour complicité de génocide. 

AG 10 11 2022d.jfif