6 OCTOBER 2022 - THE EUROPEAN UNION BANS THE IMPORT OF RUSSIAN COSMETICS TO THE EUROPEAN MARKET BUT NOT THE DELIVERY OF SATELLITE SERVICES TO RUSSIAN TV CHANNELS OF PROPAGANDA AND INCITEMENT TO GENOCIDE

  • The 8th sanctions package adopted by the European Union does not prohibit Eutelsat and SES from continuing to provide services to Russian channels

  • The European Parliament must take up the issue

  • The Denis Diderot Committee proposes the grouping of organizations and sympathizers around the call "EUTELSAT, SES, STOP BLOODCASTING"

On 6th October the European Union adopted the 8th package of sanctions against Russia. Commissioner Josep Borrel summarized the measures in a press release.

The package agreed today introduces into the EU legislation the basis to put in place a price cap related to the maritime transport of Russian oil for third countries and further restrictions on the maritime transport of crude oil and petroleum products to third countries. (...)

As concerns trade, the EU is extending the import ban on steel products that either originate in Russia or are exported from Russia. Further import restrictions are also imposed on wood pulp and paper, cigarettes, plastics and cosmetics as well as elements used in the jewellery industry such as stones and precious metals, that altogether generate significant revenues for Russia. The sale, supply transfer or export of additional goods used in the aviation sector will also be restricted.

The package agreed today also comprises:

  • the sanctioning of individuals and entities that have played a role in the organisation of illegal “referenda”, representatives of the defence sector, and well-known persons spreading disinformation about the war. The Council also decided to broaden the listing criteria on which specific designations can be based, in order to include the possibility to target those who facilitate the circumvention of EU sanctions

  • the extension of the list of restricted items which may contribute to Russia's military and technological enhancement or the development of its defence and security sector. The list will now include certain electronic components, additional chemicals and goods that can be used for capital punishment, torture or other cruel, inhuman or degrading treatment

  • a prohibition to sell, supply, transfer or export civilian firearms and their essential components and ammunition, military vehicles and equipment, paramilitary equipment, and spare parts

  • a ban on EU nationals to hold any posts on the governing bodies of certain Russian state-owned or controlled legal persons, entities or bodies

  • the insertion in the list of state-owned entities that are subject to the transaction ban of the Russian Maritime Shipping Register, a 100% State-owned entity which performs activities related to the classification and inspection, including in the field of security, of Russian and non-Russian ships and crafts

  • a full ban of the provision of crypto-asset wallet, account or custody services to Russian persons and residents, regardless of the total value of those crypto-assets

  • the prohibition to provide architectural and engineering services as well as IT consultancy services and legal advisory services to Russia

The Council also decided that as of today, the geographical scope of the restrictions introduced on 23 February, including notably the import ban on goods from the non-government controlled areas of the Donetsk and Luhansk oblasts, will be extended to cover also the non-controlled areas of the oblasts of Zaporizhzhia and Kherson.

All of these measures are probably relevant to weaken Russia's economy and war effort. The Denis Diderot Committee is surprised, however, that the delivery of satellite services to Russian propaganda channels, as practiced by the French company Eutelsat S.A. (in Russia itself, in the annexed territories of Ukraine, in North Africa, in the Middle East and, now marginally in the European Union) and the Luxembourg company SES (in South Africa and India) are not part of this new sanctions package.

If the European Union can prohibit the delivery of architectural, engineering, IT consultancy and legal consultancy services, why can't it do the same with satellite services. It should be noted that, in the case of Eutelsat S.A., these are not limited to the broadcasting of television channels alone, but also include the monitoring of Gasprom networks and connectivity with Russian ships.

Bans of Russian channels by the European Union (Russia Today, Rossiya 24, RTR-Planeta and TV Centr International) and the French autoty Arcom (NTV Mir) have largely weakened Russian disinformation and propaganda legitimizing aggression against Ukraine.

 

But it is high time for the European Commission to move beyond the overly restrictive notion of protecting European viewers from misinformation. What must be prohibited is the collaboration of European companies in the broadcasting to third countries of channels calling for murder, genocide and the use of nuclear weapons, images of forced interviews of prisoners of war or more comments promoting the deportation of Ukrainian children and their "historical re-education".

Ban the import of Russian cigarettes and cosmetics, fine. But who of the broadcasting by a French company, of which the State is the reference shareholder and the regulator, of the channels of the Russian army or of Groszny TV, the channel of the Republic of Chechnya under the influence of Ramzan Kadyrov?

It is also high time for European parliamentarians to take up this issue, as did in France the parliamentarians of the Socialist and Related Group in the National Assembly.

The Denis Diderot Committee launched the alert on this question in March. The Ukrainian authorities have repeatedly appealed to European leaders. The international press has widely covered our action. More and more personalities, professional organizations of journalists (European Federation of Journalists, various national federations in Germany, Hungary, Luxembourg, Poland, Quebec) and associations ("Reporters Without Borders", "Pour l'Uktraine, leur liberté et la nôtre", "Russia-Libertés", "Ukrainiens de France"), democratic opposition movements in Russia (The Insider, Sirena, Society for the Protection of the Internet) support our action.

 

The Denis Diderot Committee now invites all personalities, organisations, associations and political parties to come together around a common call.

EUTELSAT, SES, STOP BLOODCASTING!

 

"We invite the French Government and the Luxembourg Government, the French and Luxembourg authorities for audiovisual communication (Arcom and ALIA), the European Union and the EUTELSAT IGO to take all necessary measures to cease broadcasting to any territory of Russian channels linked to the Russian authorities, on all the satellite capacities of Eutelsat S.A. and SES, including those leased on Russian satellites."

6 OCTOBRE 2022 - L'UNION EUROPENNE INTERDIT L'IMPORTATION DE COSMETIQUES RUSSES VERS LE MARCHE EUROPEEN MAIS PAS LA LIVRAISON DE SERVICES DE SATELLITE AUX CHAÎNES RUSSE DE TELEVISION DE PROPAGANDE ET D'INCITATION AU GENOCIDE

  • Le 8ème paquet de sanctions adopté par l'Union européenne n'interdit pas à Eutelsat et à SES de continuer à fournir des services aux chaînes russes

  • Le Parlement européen doit se saisir de la question

  • Le Comité Denis Diderot propose le regroupement des organisations et sympathisants autour de l'appel "EUTELSAT, SES, STOP BLOODCASTING"

L'Union européenne a adopté le 6 octobre le 8ème paquet de sanctions contre la Russie. Le Commissaire Josep Borrel a synthétisé les mesures dans un communiqué de presse.

Le train de mesures adopté ce jour introduit dans la législation de l'UE la base pour mettre en place un plafonnement des prix concernant le transport maritime de pétrole russe à destination des pays tiers et de nouvelles restrictions au transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers vers les pays tiers. (...)

En ce qui concerne le commerce, l'UE étend l'embargo sur les importations aux produits sidérurgiques originaires de Russie ou exportés de Russie. D'autres restrictions à l'importation sont également imposées sur la pâte à papier et le papier, les cigarettes, les matières plastiques et les cosmétiques, ainsi que sur des éléments utilisés dans le secteur de la joaillerie, tels que les pierres et les métaux précieux qui, ensemble, sont sources de recettes importantes pour la Russie. La vente, la fourniture, le transfert ou l'exportation de biens supplémentaires utilisés dans le secteur de l'aviation seront également restreints.

Le train de mesures adopté ce jour comporte également:

  • des sanctions à l'encontre de personnes et d'entités qui ont joué un rôle dans l'organisation des "référendums" illégaux, de représentants du secteur de la défense, et de personnes célèbres se faisant vecteurs de désinformation au sujet de la guerre. Le Conseil a également décidé d'élargir les critères d'inscription sur la liste sur lesquels peuvent se fonder des désignations spécifiques, de manière à inclure la possibilité de cibler ceux qui facilitent le contournement des sanctions de l'UE

  • une extension de la liste des biens et des technologies faisant l'objet de restrictions qui sont susceptibles de contribuer au renforcement militaire et technologique de la Russie ou au développement de son secteur de la défense et de la sécurité. Cette liste comprendra désormais certains composants électroniques, des produits chimiques et des biens susceptibles d'être utilisés en vue d'infliger la peine capitale, la torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

  • une interdiction de vendre, de fournir, de transférer ou d'exporter des armes à feu civiles et leurs éléments essentiels et munitions, des véhicules et équipements militaires, des équipements paramilitaires, et des pièces détachées

  • une interdiction faite aux ressortissants de l'UE d'occuper des postes au sein des organes de direction de certaines personnes morales, entités ou organismes détenus ou contrôlés par l'État russe

  • l'ajout, à la liste des entités détenues ou contrôlées par l'État russe qui font l'objet de l'interdiction des transactions, de l'entité "Russian Maritime Register of Shipping" (le registre maritime russe), qui est détenue à 100 % par l'État et exerce des activités ayant trait à la classification et à l'inspection, y compris dans le domaine de la sûreté, des navires et engins russes et non russes

  • une interdiction complète de fournir des services de portefeuille de crypto-actifs, de compte en crypto-actifs et de conservation de crypto-actifs à des ressortissants russes ou à des personnes résidant en Russie, quelle que soit la valeur totale de ces crypto-actifs

  • une interdiction de fournir à la Russie des services d'architecture et d'ingénierie ainsi que des services de conseil informatique et de conseil juridique

Le Conseil a également décidé qu'à compter de ce jour, le champ d'application géographique des restrictions introduites le 23 février, y compris notamment l'interdiction d'importer des biens provenant des zones non contrôlées par le gouvernement des oblasts de Donetsk et de Louhansk, serait élargi de manière à couvrir également les zones non contrôlées des oblasts de Zaporijjia et de Kherson.

L'ensemble de ces mesures est probablement pertinent pour affaiblir l'économie et l'effort de guerre de la Russie. Le Comité Denis Diderot s'étonne cependant que la livraison de services de satellites aux chaînes de propagande russe, telle que pratiquée par la société française Eutelsat S.A. (en Russie même, dans les territoires annexés d'Ukraine, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et, de manière désormais marginale dans l'Union européenne) et la société luxembourgeoise SES (en Afrique du Sud et en Inde) ne fassent pas partie de ce nouveau paquet de sanctions.

Si l'Union européenne peut interdire la livraison de services d'archirecture, d''ingénierie, de conseil informatique et de conseil juridique, pourquoi ne peut-elle pas en faire autant avec les services de satellites. Notons que, dans le cas d'Eutelsat S.A. ceux-ci ne se limitent pas à la seule diffusion de chaînes de télévision, mais comprend aussi la surveillance des réseaux de Gasprom et la connectivité avec les bateaux russes. 

Les interdictions de chaînes russes par l'Union européenne (Russia Today, Rossiya 24, RTR-Planeta et TV Centr International) et l'autotié française Arcom (NTV Mir) ont largement affaibli la désinformation et la propagande russes de légimation de l'agression contre l'Ukraine.

 

Mais il est grand temps que la Commission européenne dépasse la notion trop limitative  de protection des téléspecateurs européens contre la désinformation. Ce qu'il faut interdire, c'est la collaboration d'entreprise européenne à la diffusion vers les pays tiers de chaînes des appels aux meutres, au génocide et aux recours aux armes nucléaires, des images d'interviews forcées de prisonniers de guerre ou encore des propos valorisant la déportation d'enfants ukrainiens et leur "rééducation historique".

Interdire l'importation de cigarettes et de cosmétiques russes, soit. Mais qui de la diffusion par une société française, dont l'Etat est l'actionnaire de référence et le régulateur, des chaînes de l'Armée russe ou encore de Groszny TV, la chaîne de la République de Tchétchénie sous l'emprise de Ramzan Kadyrov ? 

Il serait grand temps aussi que les parlementaires européens se saisissent de ce dossier, comme l'ont fait en France les parlementaires du Groupe Socialistes et apparentés à l'Assemblée nationale.

Le Comité Denis Diderot a lancé l'alerte sur cette question dès le mois de mars. Les autorités ukrainiennes ont a de nombreuses reprises lancé des appels aux dirigeants européens. La presse internationale a largement couvert notre action. De plus en plus de personnalités, d'organisations professionnelles de journalistes (Fédération européenne des journalistes, divesrses fédérations nationales en Allemagne, Hongrie, Luxembourg, Pologne, Québec)  et d'associations ( "Reporters sans frontières", "Pour l'Ukraine, leur liberté et la nôtre", "Russie-Libertés", "Ukrainiens de France"), des mouvements d'opposition démocratique en Russie (The Insider, Sirena, Société pour la défense d'Internet) soutiennent notre action.

 

Le Comité Denis Diderot propose désormais à toutes les personnalités, organisations, associations, partis politiques de se rassembler autour d'un appel commun.

EUTELSAT, SES, STOP BLOODCASTING ! 

 

"Nous invitons le Gouvernement français et le gouvernement luxembourgeois, les autorités françaises et luxembourgeoises de la communication audiovisuelle (Arcom et ALIA) , l’Union européenne et l'EUTELSAT IGO à prendre toutes les mesures nécessaires pour que cesse la diffusion vers tout territoire de chaînes russes liées aux autorités russes, sur l’ensemble des capacités satellitaires d’Eutelsat S.A. et de SES, y compris celles en leasing sur les satellites russes."