logo national council.jpg

SPEECH BY Mrs OLHA HERASYMIUK,

PRESIDENT OF THE NATIONAL COUNCIL OF TELEVISION AND RADIO  BROADCASTING OF UKRAINE

 

AT THE  55th EPRA MEETING,

ANTWERP, 12th MAY 2022

Good morning, dear colleagues!

 

I would like to thank for given me an opportunity to say a few but very important words to you.

 

I am convinced that most of my colleagues here have an idea of the hell in which my country has been since February 24, the date when the Russian Federation started the war against Ukraine. The daily bombing of cities and small villages by aircraft, cruise missiles and jet artillery, basic water and food needs, living in basements and shelters for more than two months is a new reality in Ukraine.

 

The world was shocked by news from Irpin, Bucha, Borodianka - the small towns, which are only 5 to 30 minutes by car from Kyiv, from completely destroyed city of Mariupol. Tortures and raped children, women and men, mass executions. About 20,000 Ukrainian civilians were killed only in Mariupol, but the exact figures are still unknown. Trying to hide these crimes, the Russian army burns their bodies in mobile crematoria.

 

However, dear colleagues, the war itself began much earlier. It started back in 2014, when Russia annexed Crimea and part of the two eastern regions of my country. Then, for the first time, the term “hybrid war” appeared. Creating and spreading disinformation, blaming the victims themselves for their crimes, introducing censorship and outright lies Russia conducted a sophisticated propaganda. And, this war in the information space has gone beyond my country for so long…

 

To understand the seriousness of the situation suffice it to recall that as a result of the annexation of Crimea in 2014, Ukraine has lost, and Russia unreasonably and illegally uses 503 frequency assignments. In the territories of the so-called “Donetsk People’s Republic” and “Luhansk People’s Republic” 175 frequency assignments have been lost.

 

And now, during the full-scale war, which began on February 24 this year, 284 frequency assignments have been lost, 164 Ukrainian broadcasters stopped broadcasting, and Russian propaganda media launched broadcasting with the use of their frequencies. Unfortunately, these figures are constantly in progress due to the war.

 

Dear colleagues, here, I would like to express sincere gratitude, to each of your countries, to our secretariat and the Board of the EPRA for the prompt and effective response to my request for the immediate establishment of a focal centre at the level of our Platform.

 

Each and every of your letters about countering racist propaganda, each and every your response mentioning of “banned”, “switched off”, “cancelled”, “ceased” inspired, strengthened our hope, aroused boundless gratitude and gave us an invaluable feeling of unity. This unity has become a support and a basic value for us. More than 20 regulators informed us about their decisive steps. We were pleased with both the official news and the letters we received from your, my dear collegues. We are also grateful to your governments for their quick steps to adapt refugees from Ukraine. We are grateful to the broadcasters who created sites, news, programmes in the Ukrainian language. We are grateful to everyone who gave Ukrainian broadcasters access to your cable networks, providing millions of refugees with information from their homeland. I am convinced that this is only the beginning of the creation and activity of the anti-rashist coalition.

 

We even created a so-called “map of solidarity and support” wich clearly shows that there are some countries, our members, who have been blocked most of available Russian channels, other counties have partially banned Russian channels (it is about Russia Today and Sputnik). There were some of our members who supported us in letters, but have not found a possibility to take measures. Unfortunately there are few members  who have not yet responded to our appeals. However, I believe that it was only a technical problem and positive response for us and for democratic societies  will come very soon.

 

 What we understood for sure during the period of war that total disinformation and cynical distortion of reality are powerful weapons of Russia, which, unfortunately, cannot be resisted by ordinary military means. That is why we must strengthen and keep our unity and effective cooperation.

 

That is why I am here, I call for you for help not only for my country, I ask you to continue the process of unification for even stronger and closer confrontation with the common threat and enemy. 

 

Against this background, it is extremely important to establish effective cooperation between all civilized countries to counter Russian disinformation. It should include all levels of mutual assistance and information sharing. From providing the affected regions with technical equipment to taking operational measures by regulators in partner countries. All contracts with Russian media structures must be terminated. What amount of money for Eutelsat or SES can justify the constant impact on the brains of those who have chosen Europe as their place to live? And this is almost 30 million Russian-speaking Europeans - that is, on average, several European countries.

 

Dear colleagues, let us remember that Russia, in committing its crimes, is constantly under the guise of European values, one of which is freedom of speech. The bloody events in Ukraine show how information tools are used in committing mass war crimes. That is why, dear colleagues, we need to address such serious challenges in the area of freedom of expression and dissemination of information. In Ukraine, we are thinking about it, we have been working on it during all these war months. Even in such conditions, we continue to dream and plan peaceful and secure future.

 

I invite everyone of you to join us in these activities, let’s realise new projects to enhance and modernize the role of regulators, and my dream is to design and to adopt such new programmes in Kyiv, capital of Freedom and Victory over the evil!

 

Слава Україні !

( Glory to Ukraine!)

Site of the National Council for Radio and Television Broadcasting of Ukraine

Site of the European Platform of Regulatory Authorities (EPRA)

logo epra.jpg

INTERVENTION DE Mme OLHA HERASYMIUK,

PRÉSIDENTE DU CONSEIL NATIONAL DE LA RADIO ET DE LA TÉLÉVISION D'UKRAINE

LORS DE LA  55e RÉUNION DE L'EPRA,

ANVERS, LE 12 MAI 2022

Bonjour, chers collègues!

 

Je tiens à vous remercier de m'avoir donné l'occasion de vous dire quelques mots très importants.

 

Je suis convaincue que la plupart de mes collègues ici ont une idée de l'enfer dans lequel se trouve mon pays depuis le 24 février, date à laquelle la Fédération de Russie a déclenché la guerre contre l'Ukraine. Le bombardement quotidien des villes et des petits villages par des avions, des missiles de croisière et de l'artillerie à réaction, les besoins de base en eau et en nourriture, la vie dans des sous-sols et des abris pendant plus de deux mois sont la nouvelle réalité en Ukraine.

 

Le monde a été choqué par les nouvelles d'Irpin, Bucha, Borodianka - des petites villes, qui ne sont qu'à 5 ou 30 minutes en voiture de Kiev, de la ville complètement détruite de Marioupol. Tortures et viols d'enfants, femmes et hommes, exécutions massives. Environ 20 000 civils ukrainiens ont été tués uniquement à Marioupol, mais les chiffres exacts sont encore inconnus. Essayant de cacher ces crimes, l'armée russe brûle leurs corps dans des crématoires mobiles.

 

Cependant, chers collègues, la guerre elle-même a commencé beaucoup plus tôt. Cela a commencé en 2014, lorsque la Russie a annexé la Crimée et une partie des deux régions orientales de mon pays. Puis, pour la première fois, le terme  «guerre hybride » est apparu. Créer et diffuser de la désinformation, blâmer les victimes elles-mêmes pour leurs crimes, introduire la censure et des mensonges purs et simples, la Russie a mené une propagande sophistiquée. Et, cette guerre dans l'espace de l'information ne concerne pas seulement mon pays depuis si longtemps…

 

Pour comprendre la gravité de la situation, il suffit de rappeler qu'à la suite de l'annexion de la Crimée en 2014, l'Ukraine a perdu et que la Russie utilise de manière déraisonnable et illégale 503 attributions de fréquences. Dans les territoires des soi-disant «République populaire de Donetsk» et «République populaire de Lougansk», 175 assignations de fréquence ont été perdues.

 

Et maintenant, pendant la guerre à grande échelle, qui a commencé le 24 février de cette année, 284 attributions de fréquences ont été perdues, 164 radiodiffuseurs ukrainiens ont cessé de diffuser et les médias de propagande russes ont lancé la diffusion en utilisant leurs fréquences. Malheureusement, ces chiffres sont constamment en progression en raison de la guerre.

 

Chers collègues, ici, je voudrais exprimer ma sincère gratitude, à chacun de vos pays, à notre secrétariat et au Bureau de l'EPRA pour la réponse rapide et efficace à ma demande de mise en place immédiate d'un centre focal au niveau de notre Plateforme.

 

Chacune de vos lettres sur la lutte contre la propagande raciste, chacune de vos réponses mentionnant « interdit », «éteint », « annulé », « interrompu » inspirait, renforçait notre espoir, suscitait une gratitude sans bornes et nous procurait un sentiment inestimable de unité. Cette unité est devenue pour nous un soutien et une valeur fondamentale. Plus de 20 régulateurs nous ont informés de leurs démarches décisives. Nous avons été satisfaits à la fois des nouvelles officielles et des lettres que nous avons reçues de vos chers collègues. Nous sommes également reconnaissants à vos gouvernements pour les mesures rapides qu'ils ont prises pour adapter les réfugiés d'Ukraine. Nous sommes reconnaissants aux radiodiffuseurs qui ont créé des sites, des nouvelles, des programmes en langue ukrainienne. Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui ont permis aux radiodiffuseurs ukrainiens d'accéder à vos réseaux câblés, fournissant à des millions de réfugiés des informations sur leur patrie. Je suis convaincu que ce n'est que le début de la création et de l'activité de la coalition anti-rashiste.

 

Nous avons même créé une ainsi nommée "carte de solidarité et de soutien" qui montre clairement qu'il y a certains pays, nos membres, qui ont bloqué la plupart des chaînes russes disponibles, d'autres pays ont partiellement interdit les chaînes russes (il s'agit de Russia Today et Sputnik). Certains de nos membres nous ont soutenus par courrier, mais n'ont pas trouvé la possibilité de prendre des mesures. Malheureusement, il y a quelques uns de nos membres qui n'ont pas encore répondu à nos appels. Cependant, je pense qu'il ne s'agissait que d'un problème technique et une réponse positive pour nous et pour les sociétés démocratiques viendra très bientôt.

 

Ce que nous avons compris avec certitude pendant la période de guerre, c'est que la désinformation totale et la distorsion cynique de la réalité sont des armes puissantes de la Russie, auxquelles, malheureusement, on ne peut résister par des moyens militaires ordinaires. C'est pourquoi nous devons renforcer et maintenir notre unité et notre coopération efficace.

 

C'est pourquoi je suis ici, je vous demande de l'aide non seulement pour mon pays, je vous demande de poursuivre le processus d'unification pour une confrontation encore plus forte et plus étroite avec la menace et l'ennemi communs.

 

Dans ce contexte, il est extrêmement important d'établir une coopération efficace entre tous les pays civilisés pour contrer la désinformation russe. Il devrait inclure tous les niveaux d'assistance mutuelle et de partage d'informations. De la fourniture d'équipements techniques aux régions touchées à la prise de mesures opérationnelles par les régulateurs des pays partenaires. Tous les contrats avec les structures médiatiques russes doivent être résiliés. Quelles sommes d'argent peuvent justifier pour Eutelsat ou SES l'impact constant sur les cerveaux de ceux qui ont choisi l'Europe comme lieu de vie ? Et cela représente près de 30 millions d'Européens russophones - c'est-à-dire, en moyenne, plusieurs pays européens.

Chers collègues, rappelons-nous que la Russie, en commettant ses crimes, est constamment sous le couvert des valeurs européennes, dont l'une est la liberté d'expression. Les événements sanglants en Ukraine montrent comment les outils d'information sont utilisés pour commettre des crimes de guerre de masse. C'est pourquoi, chers collègues, nous devons relever des défis aussi sérieux dans le domaine de la liberté d'expression et de diffusion de l'information. En Ukraine, on y pense, on y travaille depuis tous ces mois de guerre. Même dans de telles conditions, nous continuons à rêver et à planifier un avenir pacifique et sûr.
 

J'invite chacun d'entre vous à nous rejoindre dans ces activités, réalisons de nouveaux projets pour améliorer et moderniser le rôle des régulateurs, et mon rêve est de concevoir et d'adopter de tels nouveaux programmes à Kiev, capitale de la liberté et de la victoire sur le mal !

 Слава Україні !
( Gloire à l'Ukraine!)

Site du Conseil national pour la Radio et la Télévision d'Ukraine

Site de la Plateforme européenne des autorités de régulation (EPRA)