Anne Genetet

NOVEMBER 15, 2022 - Written question from Mrs Anne Genenet (Renaissance) - French living outside France) to Mr Jean-Noël Barrot, Minister Delegate to the Minister for the Economy, Finance and Industrial and Digital Sovereignty, in charge of the digital transition and telecommunications.

Contribution of Eutelsat S.A. to Russian propaganda

​Ms. Anne Genetet draws the attention of the Minister Delegate to the Minister for the Economy, Finance and Industrial and Digital Sovereignty, responsible for the digital transition and telecommunications, to the contribution of Eutelsat S.A. - one of the largest satellite operators in the world - to Russian propaganda, through the continuation of its collaboration with Russian state enterprises in this field and the broadcasting of Russian propaganda television channels in third countries (including territories occupied and annexed from Ukraine); all the more serious as it is part of a context of annexation war and hybrid war waged in Ukraine and launched unilaterally by the Russian Federation on February 24, 2022.

 

Born of the ambition to develop a European industry capable of building, launching and operating satellites, the European intergovernmental satellite telecommunications organization Eutelsat was created in 1977. According to article XXI of the eponymous convention of 1982, France is the depositary State. In 2001, the operational activities and assets of Eutelsat (now called Eutelsat IGO) were transferred to Eutelsat S.A.; Eutelsat IGO retains a supervisory role in the activities of the private law company. Eutelsat S.A. is headquartered in France (Issy-les-Moulineaux). The French Government is also a 23.38% shareholder in Eutelsat Communications, a holding company which holds more than 96% of the capital of Eutelsat S.A., through Bpifrance.

 

Accepted as a member of the intergovernmental organization in 1995, the Russian Federation has also maintained its participation through the Russian public telecommunications satellite operator Russian Satellite Communication Company (RSCC).

 

To date, the two main Russian customers of Eutelsat S.A. are the platforms Trikolor (controlled by the Russian state) and NTV Plus (subsidiary of Gazprom Media Holding). The satellite operator broadcasts, through several satellites and capacity leased from its partner RSCC, their "television packages", ie more than 300 channels, including Rossiya 1, Perviy Kanal and NTV. They are currently available in the Russian Federation (15 million homes have subscribed to them), in the occupied and annexed Ukrainian territories, as well as in Estonia, Latvia and Lithuania (“grey market”).

 

It should be noted that these two platforms recently stopped broadcasting 8 international news channels, including France 24 and TV5 Monde. Eutelsat S.A. also broadcasts channels with similar content to other regions of the world, including RT Arabic in North Africa and the Middle East. Questioned by Reporter Without Borders (RSF) about its collaboration with state companies and Russian television channels in July 2022, the management of Eutelsat S.A. replied that it was acting in accordance with the European sanctions decided on since the start of the war (banning of RT, Rossiya-24, RTR-Planeta channels) as well as with the decisions of ARCOM (banning of NTV Mir).

 

In its decision of July 27, 2022, ARCOM had in fact given formal notice to the company Eutelsat S.A. to cease, within 48 hours of the decision, the broadcasting of the "NTV Mir" service, considering that this constituted a breach of article 15 of the law of September 30, 1986 on the freedom of communication, by its tendency to incite hatred and violence, as well as by the "repeated dissemination, in a context of war, of erroneous, decontextualized, biased information, not based on any reliable source of information, thus reflecting a particularly serious breach of the obligation to ensure the honesty of information”.

 

The management of Eutelsat S.A. has also declared, in connection with the company's ethical charter adopted in the first half of 2014, that it is not responsible for monitoring the content of the services broadcast, this role falling to the public authorities and media regulators.

The MP therefore questions the Minister on the possible establishment, by the Government and ARCOM, of a procedure for identifying channels under French jurisdiction under Article 43-4 of the law of September 30, 1986 on telecommunications and on the measures envisaged by the French authorities to put an end to their dissemination by Eutelsat S.A.

 

In addition, discussions with the European Commission have been initiated in order to include in the European sanctions packages a section on the prohibition of collaboration of communication satellite operator companies with transmission, distribution, publishing channels owned by the Russian state or by state enterprises?

 

Furthermore, has France considered requesting an extraordinary meeting of the Assembly of the parties to the 1982 convention in order to take the necessary measures to put an end to the broadcasting of Russian channels of incitement to hatred, violence and genocide on all the satellite capacities of Eutelsat S.A., including those leased on Russian satellites?

 

More generally, what measures does France intend to put in place to protect its media and information space against disinformation companies from foreign entities?

 

The MP also draws the Minister's attention to the memorandum of understanding between Eutelsat S.A. and One Web, signed in July 2022. This strategic merger comes as on September 6, 2022, the British company suspended the launch of 36 of its satellites from the Baikonur cosmodrome (Kazakhstan) after receiving a request from the Russian space agency Roscosmos to provide guarantees that the satellites will not be used against Russia.

 

he wants to know her position on the subject.

15 NOVEMBRE 2022 - Question écrite de Madame Anne Genenet (Renaissance) - Français établis hors de France) à Monsieur Jean-Noël Barrot, ministre délégué auprès du ministre de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, chargé de la transition numérique et des télécommunications.

Contribution d'Eutelsat S.A. à la propagande russe

Mme Anne Genetet appelle l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, chargé de la transition numérique et des télécommunications, sur la contribution d'Eutelsat S.A. - l'un des plus grands opérateurs de satellite au monde - à la propagande russe, à travers la poursuite de sa collaboration avec des entreprises d'État russes dans ce domaine et la diffusion de chaînes de télévision de propagande russe dans des pays tiers (dont des territoires occupés et annexés de l'Ukraine) ; d'autant plus grave que celle-ci s'inscrit dans un contexte de guerre d'annexion et de guerre hybride menée en Ukraine et déclenchée unilatéralement par la Fédération de Russie, le 24 février 2022.

 

Née de l'ambition de développer une industrie européenne capable de construire, lancer et exploiter des satellites, l'organisation intergouvernementale européenne de télécommunications par satellite Eutelsat a été créée en 1977. Selon l'article XXI de la convention éponyme de 1982, la France en est l'État dépositaire. En 2001, les activités opérationnelles et les actifs d'Eutelsat (désormais dénommée Eutelsat IGO) ont été transférés à Eutelsat S.A. ; Eutelsat IGO conservant un rôle de supervision des activités de la société de droit privé. Eutelsat S.A. a son siège en France (Issy-les-Moulineaux). Le Gouvernement français est également actionnaire à hauteur de 23,38 % d'Eutelsat Communications, société holding qui détient plus de 96 % du capital d'Eutelsat S.A., à travers Bpifrance.

 

Acceptée comme membre de l'organisation intergouvernementale en 1995, la Fédération de Russie a également maintenu sa participation à travers l'opérateur public russe de satellites de télécommunication Russian Satellite Communication Company (RSCC).

 

À ce jour, les deux principaux clients russes d'Eutelsat S.A. sont les plateformes Trikolor (contrôlé par l'État russe) et NTV Plus (filiale de Gazprom Media Holding). L'opérateur satellitaire diffuse, par le biais de plusieurs satellites et de capacités louées à son partenaire RSCC, leurs « bouquets télévisés », soit plus de 300 chaînes, dont Rossiya 1, Perviy Kanal ou encore NTV. Elles sont actuellement disponibles en Fédération de Russie (15 millions de foyers y sont abonnés), dans les territoires ukrainiens occupés et annexés, ainsi qu'en Estonie, Lettonie et Lituanie (« marché gris »).

 

Il est à noter que ces deux plateformes ont récemment arrêté de diffuser 8 chaînes internationales d'information, dont France 24 et TV5 Monde. Eutelsat S.A. diffuse également des chaînes au contenu similaire vers d'autres régions du monde, dont RT Arabic en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Interpellée par Reporter sans frontières (RSF) à propos de sa collaboration avec des entreprises d'État et des chaînes de télévision russes en juillet 2022, la direction d'Eutelsat S.A. a répondu agir en conformité avec les sanctions européennes décidées depuis le début de la guerre (interdiction des chaînes RT, Rossiya-24, RTR-Planeta) ainsi qu'avec les décisions de l'ARCOM (interdiction de NTV Mir).

 

Dans sa décision du 27 juillet 2022, l'ARCOM avait en effet mis en demeure la société Eutelsat S.A. de cesser, dans un délai de 48 heures à compter de la décision, la diffusion du service « NTV Mir », considérant que celui-ci constituait un manquement à l'article 15 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, par sa tendance à inciter à la haine et à la violence, ainsi que par la « diffusion répétées, dans un contexte de guerre, d'informations erronées, décontextualisées, orientées, ne reposant sur aucune source d'information fiable, traduisant ainsi un manquement particulièrement grave à l'obligation d'assurer l'honnêteté de l'information ».

 

La direction d'Eutelsat S.A. a également déclaré, en lien avec la charte éthique de l'entreprise adoptée au premier semestre 2014, ne pas être responsable du contrôle des contenus des services diffusés, ce rôle revenant aux autorités publiques et de régulation des médias.

 

Mme la députée interroge donc M. le ministre sur l'éventuelle mise en place, par le Gouvernement et l'ARCOM, d'une procédure d'identification des chaînes relevant de la juridiction française au titre de l'article 43-4 de la loi du 30 septembre 1986 sur les télécommunications et sur les mesures envisagées par les autorités françaises pour mettre un terme à leur diffusion par Eutelsat S.A.

 

En outre, des échanges avec la Commission européenne ont-ils été engagés afin d'intégrer dans les paquets de sanctions européennes un volet sur l'interdiction de collaboration des sociétés opérateurs de satellites de communication avec les entreprises de transmission, de distribution, d'édition de chaînes propriétés de l'État russe ou d'entreprises d'État ?

 

Par ailleurs, la France a-t-elle envisagé de demander une réunion extraordinaire de l'Assemblée des parties de la convention de 1982 afin de prendre les mesures nécessaires pour que cesse la diffusion de chaînes russes d'incitation à la haine, à la violence et au génocide sur l'ensemble des capacités satellitaires d'Eutelsat S.A., y compris celles en leasing sur les satellites russes ?

 

Plus globalement, quelles mesures la France compte-t-elle mettre en place pour protéger son espace médiatique et informationnel contre les entreprises de désinformation émanant d'entités étrangères ?

 

Mme la députée appelle également l'attention de M. le ministre sur le protocole d'accord entre Eutelsat S.A. et One Web, signé en juillet 2022. Ce rapprochement stratégique intervient alors que le 6 septembre 2022, la société britannique a suspendu le lancement de 36 de ses satellites depuis le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) après avoir reçu une demande de l'agence spatiale russe Roscosmos de fournir les garanties que les satellites ne seront pas utilisés contre la Russie.

 

Elle souhaite connaître sa position sur le sujet.

GENETET.png