DENIS DIDEROT COMMITEE PRESS RELEASE 30 MAY 2022

 

US Sanctions Change the Television Landscape in Russia

 

Calls for France and the EU to Adopt Similar Sanctions

 

PARIS/AMSTERDAM – 30 May 2022

 

          • US sanctions against Russian state media have                         forced three television channels off Russian pay-                   TV  platforms

 

          • The Denis Diderot Committee urges the EU to take               similar sanctions against Russian pay-TV platforms                 on Eutelsat satellites

 

          • Sanctions against platforms should stop the                            collaboration of Eutelsat with the Kremlin war                        propaganda machine and liberate frequencies for                  news and independent Russian speaking channel

COMMUNIQUE DE PRESSE DU COMITE DENIS DIDEROT

30 MAI 2022 

Les sanctions adoptées par les Etats-Unis modifient le paysage audiovisuel en Russie

Appel pour que la France et l'Union européenne adoptent des sanctions similaires

 

PARIS/AMSTERDAM – 30 mai 2022

    • Les sanctions américaines contre les médias d'État          russes ont bloqué l’accès de trois chaînes de télévision       à une plate-forme russe

    • Le Comité Denis Diderot exhorte l'Union                           européenne   à adopter des sanctions similaires contre       les plates-formes russes de télévision payante qui               opèrent sur les satellites Eutelsat

    • Des sanctions contre ces plates-formes devraient            mettre fin à la collaboration d’Eutelsat avec la machine      de propagande de guerre du Kremlin et libérer des            fréquences pout des chaînes d’information et des              chaînes russophones indépendantes.

telekarta.png
OFAC.jpg
intelsat-logo-vector.png

The US satellites companies Horizons and Intelsat have started to implement US sanctions against the channels of the Russian State company, VGTRK. Telekanal Zvezda has been taken off the air on Horizons 2H; Rossiya 1 and Rossiya 24 are off the air on Intelsat 15. 1 Both satellites broadcast the Russian pay-TV Telekarta, a platform with 3 million subscribers.

 

The decision to levy sanctions against VGRTK was announced May 8th by the U.S. Department of the Treasury’s Office of Foreign Assets Control (OFAC).

 

The Denis Diderot Committee considers this the first case of Western sanctions forcing channels within Russia off the airwaves.

 

This action proves that sanctions can actually force changes within Russia’s media landscape, which is dominated by extreme propaganda” says Andre Lange, coordinator of the Denis Diderot committee. The committee was formed to promote freedom of information within Russia and the free flow of information between Europe and Russia. He continued, “Eutelsat should also take heed of these sanctions. Critically they must allow for alternative TV channels to uplink on their 36E position.”

 

It is possible that by continuing to work with Russian companies sanctioned by the United States, Eutelsat S.A., a company of which the French State is the major shareholder, is jeopardizing its own significant activities in this country, where its subsidiaries have the U.S. Department of Defense as a client.

 

The Eutelsat 36E position is extremely popular within Russia, reaching more than 50% of households and is used by the pay-TV platforms Trikolor and NTV+. The total audience of both platforms is estimated to be 15 million of Russian households. The two platforms are still censoring eight 1 Sources : Ilya Shepelin, Lyngsat.com, Telekarta international news channels. EU sanctions could liberate frequencies on 36E. Those frequencies could then be leased to international news channels, Russian speaking channels already existing in various European countries and independent Russian channels offering viewpoints closer to the realities of the war in Ukraine.

 

The NTV Plus company is part of the Gazprom Media Holding, already on the OFAC list. The Trikolor platform is operated by the JSC National Satellite Company, of which the GS Group has a leading share, with the support of the VTB Bank, the second largest Russian public bank. VTB Bank is on the EU, UK and US sanction lists. Trikolor, the leading pay-TV in Russia, recently asked financial support to the Ministry of Communications and to the Duma in order to continue its activities. According to a report by the Russian consultant J’Son & Partners, television and VoD companies are facing significant declines in advertising and subscriptions revenues since the beginning of the war and the progressive withdraw of Western companies.

 

The last 8th May, the leader of the G7 stated “We will continue our efforts to fight off the Russian regime’s attempts to spread its propaganda. Respectable private companies should not provide revenue to the Russian regime or to its affiliates feeding the Russian war machine.". In an address to her European colleagues on May 12th , Mrs Olha Herasymiuk, President of the Ukrainian broadcasting authority requested: “all contracts with Russian media companies should be terminated”.

 

To make those objectives concrete, the Denis Diderot Committee has drafted the text for a possible EU decision, available on its website: https://www.denisdiderot.net/proposal-for-an-eu-decision

 

The Denis Diderot Committee also urges France (which has the regulatory competence on non-EU channels transmitted by the French satellites Eutelsat) to take similar measures with these Russian channels which regularly violate the limitations of freedom of expression as defined in article 10 of the European Convention of Human Rights. If the new French government wishes to promote digital sovereignty, it should not allow French satellites to be used for promoting the Russian aggression against the peace in Europe.

 

In recent days, viewers of Rossyia 1, the most popular state channel in Russia, have been able to witness, within the framework of the flagship program of journalist Vladimir Soloviev, some thunderous statements. Margarita Simonyan, editor-in-chief of the RT channel, said that in Russia, as in China, information centralized by the state was the only possible solution, and that freedom of expression had been enshrined in the Russian Constitution by the will of the Western powers. Another speaker defended the legitimacy of the use of nuclear weapons in the context of a Third World War, which Russia would have the right to launch to defend itself against the coalition of 40 Nazi states. An academic explained that there is no Ukrainian culture or language. Yet another wondered why the Russian military did not target foreign leaders when visiting Ukraine. Film director Karen Shakhnazarov proposed creation of concentration camps for the opponents to the “operation Z”.

 

About

 

The Denis Diderot Committee was created in March 2022 by European media researchers, experts and professionals to contribute to the restoration of the free flow of information, without war propaganda, between Europe and Russia with a view to providing support to Ukrainian, Russian and Belarusian civil societies. The Committee invites world citizens to sign a petition asking EU to take sanctions. https://www.denisdiderot.net/petition

 

Contacts :

 

[1] Sources : Ilya Shepelin,  Lyngsat.com, Telekarta

Les sociétés américaines de satellites Horizons et Intelsat ont commencé à appliquer des sanctions américaines contre les chaînes de la société d'État russe VGTRK. Telekanal Zvezda est hors antenne sur Horizons 2H; Rossiya 1 et Rossiya 24 sont hors antenne sur Intelsat 15.[1] Les deux satellites diffusaient ces chaînes pour la plate-forme russe de télévision payante Telekarta, qui déclare 3 millions d’abonnés.

La décision d'imposer des sanctions contre VGRTK a été annoncée le 8 mai par l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor des États-Unis.

Le Comité Denis Diderot constate qu'il s'agit du premier cas de sanctions occidentales conduisant à la restriction d’accès de chaînes russes au marché russe lui-même.

"Cette action prouve que les sanctions peuvent en fait forcer des changements dans le paysage médiatique russe, qui est dominé par une propagande extrêmiste", déclare André Lange, coordinateur du Comité Denis Diderot. Le Comité a été formé pour promouvoir la liberté d'information en Russie et la libre circulation de l'information entre l'Europe et la Russie.  « Eutelsat devrait également tenir compte de ces sanctions. Ils devraient permettre aux chaînes proposant une vue alternative de diffuser à partir de la position 36° E. »

Il est possible qu'en continuant à travailler avec des entreprises russes sanctionnées par les États-Unis, Eutelsat S.A., entreprise dont l’Etat français, à travers la BPI, est le principal actionnaire, mette en péril ses propres activités importantes dans ce pays, où ses filiales ont pour client le U.S. Department of Defense.

La position 36° E occupée par les satellites Eutelsat est extrêmement populaire en Russie, permettant d’atteindre plus de 50 % des foyers et est utilisée par les plates-formes de télévision payante Trikolor et NTV+. L'audience totale des deux plateformes est estimée à 15 millions de foyers russes. Les deux plateformes censurent toujours huit chaînes d'information internationales. Les fréquences libérées par les sanctions pourraient être attribuées à des chaînes internationales d'information, des chaînes russophones déjà existantes dans divers pays européens et des chaînes russes indépendantes offrant des points de vue plus proches de la réalité sur la guerre en Ukraine.

La société NTV Plus fait partie de Gazprom Media Holding, qui figure déjà sur la liste de sanctions des Etats-Unis. La plateforme Trikolor est exploitée par la JSC National Satellite Company, dont le GS Group détient une part majoritaire, avec le soutien de la VTB Bank, la deuxième plus grande banque publique russe, qui figure elle aussi sur les listes de sanctions de l'Union européenne, du Royaume-Uni et des États-Unis. Trikolor, la première télévision payante de Russie, a récemment demandé un soutien financier au Ministère des Communications et à la Douma afin de poursuivre ses activités. Selon un rapport du consultant russe J’Son & Partners, les sociétés de télévision et de VoD font face à des baisses importantes de revenus publicitaires et d’abonnements depuis le début de la guerre et au retrait progressif des sociétés occidentales.

Le 8 mai dernier, les dirigeants du G7 déclaraient « Nous poursuivrons nos efforts pour combattre les tentatives du régime russe de répandre sa propagande. Les sociétés privées respectables ne devraient pas fournir de revenus au régime russe ou à ses affiliés alimentant la machine de guerre russe". Le 12 mai, Madame Olha Herasyamiuk, Présidente de l’autorité audiovisuelle ukrainienne déclarait à ses collègues européens : « Tous les contrats avec les entreprises de médias russes doivent être résiliés ».

Pour concrétiser cet objectif, le Comité Denis Diderot a rédigé l’avant-projet de texte d'une possible décision de l'Union européenne, disponible sur son site : https://www.denisdiderot.net/proposal-for-an-eu-decision

Le Comité Denis Diderot exhorte également la France (qui a la compétence réglementaire sur les chaînes  émises à partir de pays non-européens transmises par les satellites français Eutelsat) à prendre des mesures similaires avec les chaînes russes qui violent régulièrement les limitations de la liberté d'expression telles que définies par l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme. Si le nouveau gouvernement français souhaite promouvoir la souveraineté numérique, il doit éviter que les satellites français ne soient utilisés pour promouvoir l'agression russe contre la paix en Europe.

Ces derniers jours, les téléspectateurs de Rossyia 1, la chaîne d'Etat la plus écoutée de Russie, ont pu assister, dans le cadre de l'émission phare du journaliste Vladimir Soloviev, à des déclarations tonitruantes. Margarita Simonyan, rédactrice en chef de la chaîne RT, a déclaré qu'en Russie, comme en Chine, l'information centralisée par l'État était la seule solution possible et que la liberté d'expression avait été inscrite dans la Constitution russe par la volonté de l'Occident. pouvoirs. Un autre intervenant a défendu la légitimité de l'utilisation des armes nucléaires dans le contexte d'une troisième guerre mondiale, que la Russie aurait le droit de déclencher pour se défendre contre la coalition de 40 États nazis. Un universitaire a expliqué qu'il n'y a pas de culture ou de langue ukrainienne. Un autre encore s'est demandé pourquoi l'armée russe ne ciblait pas les dirigeants étrangers lors de sa visite en Ukraine. Le réalisateur Karen Shakhnazarov a proposé la création de camps de concentration pour les opposants à «l'opération Z ».

 

Le Comité Denis Diderot

Le Comité Denis Diderot a été créé en mars 2022 par des chercheurs, experts et professionnels européens des médias pour contribuer au rétablissement de la libre circulation de l'information, sans propagande de guerre, entre l'Europe et la Russie en vue d'apporter un soutien aux sociétés civiles ukrainiennes, russes et biélorusses. Le Comité invite les citoyens du monde à signer la pétition demandant à l’Union européenne à l’Union européenne de prendre des sanctions. https://denisdiderot.net/petition

Contacts :

 

 

[1] Sources : Ilya Shepelin,  Lyngsat.com, Telekarta